Autoroute Yaoundé-Douala : la difficile équation de la mobilité des riverains

La problématique a été au centre d’une concertation présidée par le ministre des travaux Publics, Emmanuel Nganou Ndjoumessi, le 15 février à laquelle ont pris part les autorités municipales des localités traversées par le projet et l’équipe projet.

- Publicité -

Quelles solutions aux problèmes de la mobilité des riverains de l’autoroute Yaoundé-Douala, le long de l’ouvrage et particulièrement ceux de l’Arrondissement de Lobo dans le département de la Lekie, des Arrondissements de Matomb, Botmakak et Ngog-Mapubipour ce qui est du département de Nyong et Ekelle? Question au centre d’une concertation présidée hier 15 février, par le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Ndjoumessi. Le but étant de maintenir la circulation des riverains des localités sus-évoquées le long de l’ouvrage, sans que celles-ci n’aient à emprunter l’autoroute. Pour ce faire, Serge Bertin Obono Onguene, maire de la commune de Lobo dans la Lekié, a fait des propositions de voies alternatives et autres axes communaux susceptibles de parer aux problèmes actuels, au cas où ils sont aménagés. Ces propositions concernent le point kilométrique 2+400 jusqu’au centre de Lobo sur un linéaire de 24 km. Le délégué départemental du Nyong et Kellé a en outre proposé l’aménagement de quelques voies dans le département dont il exerce ses fonctions, et s’agissant des communes de Matomb, Botmakak et Ngog-Mapubi.

EXPROPRIATION D’UN MONTANT DE 575 MILLIONS FCFA

L’accès à l’autoroute étant régulé à travers des points fixes d’accès, le Maître d’Ouvrage a recommandé l’intercommunalité entre les Arrondissements concernés pour permettre à leurs populations respectives de se mouvoir par le canal d’une voix alternative reliant les deux départements. Pour matérialiser ces résolutions, le Mintp a instruit une descente de l’équipe-projet sur le terrain; descente qui sera faite en présence des équipes techniques des mairies concernées et de la mission de contrôle.

En marge de ce problème de mobilité, l’aménagement des voies de raccordement en cours a été évoqué et particulièrement la libération des emprises. À cet effet, le montant des expropriations des maisons identifiées sur l’emprise utile des travaux de raccordements au réseau urbain et à la nationale N°3 a été évaluée par la commission compétente à 575 millions FCFA.

Par Amandine Atangana

Défis Actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.