Agro-industrie : la CDC veut réhabiliter 1550 hectares de palmier à huile en 2022

0
177

Un contrat d’un montant de 3 milliards de f CfA d’objectifs minimums en 2022 est envisagé à cet effet.

- Publicité -

La Cameroon Development Corporation (CDC) veut atteindre ses performances d’antan, pour ce qui est de palmeraies. « Dans la perspective de la relance de ses activités, il est envisagé l’élaboration d’un Contrat d’objectifs minimum en 2022, pour un montant de 3 milliards de FCFA visant principalement la réhabilitation de 1 550 hectares de palmeraies, et l’acquisition des équipements pour assurer l’entretien et le fonctionnement des huileries », apprend-on du rapport de la Commission de réhabilitation des entreprises publiques au 30 décembre 2020.

Les projets de réhabilitation de plus de1 550 hectares de palmeraies et de construction d’une nouvelle huilerie à la CDC tombent à point nommé pour cette unité agro-industrielle publique et pour l’ensemble de la filière huile de palme. Selon les données officielles, le Cameroun continue d’enregistrer un déficit de130 000 tonnes d’huile de palme chaque année, en raison de l’accélération des investissements dans la transformation, alors que les quantités de matières premières ne progressent pas au même rythme.

« Le déficit structurel de 130 000 tonnes dont nous parlons souvent est un déficit nominal, qui est différent du déficit réel. Ce déficit nominal est calculé sur la base de 50% des capacités des entreprises de transformation. Sur la base des capacités réelles des transformateurs, le déficit est effectivement beaucoup plus important », Précisait Emmanuel Koulou Ada, le président du Comité de régulation de la filière des oléagineux.

Ce projet devrait donc permettre à la CDC de se repositionner sur le marché local de l’huile de palme. Depuis 2017, le premier employeur après l’Etat est fragilisé par la crise socio-politique qui sévit dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Plusieurs de ses filières sont touchées, notamment sa filière banane et le palmier à huile. A titre d’exemple, selon les chiffres révélés le 5 juillet 2019 par les responsables de la CDC, au cours d’une descente sur le terrain du ministre de l’Agriculture, cette entreprise n’avait pu produire que 2100 tonnes d’huile de palme au cours des six premiers mois de l’année, sur des prévisions initiales de 17 400 tonnes. Cette contre-performance, avait-on appris, est la conséquence de l’abandon de certaines plantations, à cause de l’insécurité créée par les séparatistes anglophones. Fort de cette insécurité, avaient confié les dirigeants de cette société d’État, seulement trois plantations de palmiers à huile sur sept étaient fonctionnelles cette année-là. En 2021 déjà, la Cameroon Development Corporation (CDC) annonçait la réhabilitation de plus de 500 hectares de bananeraies. Les multiples chantiers engagés permettront donc à cette unité de production de maintenir sa place de premier employeur du Cameroun après l’Etat.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.