Affaire foncière : les habitants de Nkolzie crient haut l’escroquerie

0
124

Ils sont sortis en vingtaine de leur quartier pour manifester leur mécontentement.

- Publicité -

« Le faux titre foncier ne passera pas », « non à l’escroquerie foncière », « non à la mise en rue de 500 hommes, femmes et enfants » « non au tribalisme et à la corruption ». Ce sont les différents messages qu’on pouvait observer très tôt ce matin au quartier Simbock, d’une vingtaine de personnes venues manifester leur mécontentement au rond-point Simbock pancartes à la main

C’est la goutte d’eau qui a débordé le vase. S’exclame un des manifestants fatigués de toutes les destructions abusives orchestrés par les agents de sécurité appelés à protéger la population et en particulier un commissaire de police en fonction au quartier Nkolzié dans la ville de Yaoundé. Selon les riverains sur place, le commissaire aurait ordonné qu’on détruise une maison constituée de toute une famille pour défaut de titre foncier. Chose qui a été faite par ailleurs mais de manière excessive. Un monsieur parmi les manifestants qui n’a pas tenu à donner son nom, explique que la maison avait été vendue il y a près de 25 ans aujourd’hui et depuis ce jour il n’y a jamais eu de problème jusqu’à date.

La gendarmerie qui était également sur place a mis l’ordre afin qu’aucun dégât ou de dérapage ne soit commis à l’issu de cette manifestation pacifique. Cette manifestation surgit le lendemain d’une confrontation entre la mairie et des moto taximen au quartier Nkolbisson. Pour celle-ci, un agent de la mairie a interpelé un moto taximan qui apparemment n’avait pas sur lui son choisi (uniforme porté par les chauffeurs de moto qui légalise leur circulation dans les zones interdites aux motos). L’agent s’est exclamé « vous les nordistes êtes toujours comme ça » Des mots qui auraient touché et interpellé un des frères de ce dernier qui a pris une chaise non loin et frappé sur la tête de l’agent. Ce qui a créé une confrontation désordre au carrefour Nkolbisson. Des paroles peut-être maladroites de la part de l’agent, mais que le chauffeur de moto a qualifié de tribalisme.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here