20 mai 2024 : les garanties sécuritaires du colonel Bamkoui à Paul Biya

Le chef de la Division de la sécurité militaire a pris des mesures restrictives pour le défilé devant le chef de l’Etat.

Le colonel Bamkoui

C’est une note ayant pour objet « Consignes liées au défilé du 20 mai 2024 » que le colonel Emile Joël Bamkoui a commise à l’occasion de la célébration de la Fête de l’unité 2024. Le document adressé au ministre de la défense (Mindef) et au commandant des troupes comportes deux parties intitulées « sécurité» et « Présentation des troupes» lors du défilé au Boulevard du 20 mai. « Le port des ténues réglementaires de dotation devra être respecté conformément au règlement de discipline générale», lit-on dans le document. Aussi, « les chefs de détachements, commandants de carrés et chefs de sections doivent s’assurer de la bonne condition physique de leurs hommes en s’assurant qu’ils ont pris le petit déjeuner et en mettant à leur disposition des fortifiants afin d’éviter tout spectacle désolant». Il n’est donc pas question qu’un élément des troupes défilantes succombe à la faim. En outre, «les hommes doivent être bien rasés ou coiffés, les personnels féminins devront faire des nattes ou éviter toutes coiffures extravagantes ». La note interdit formellement les perruques.

C’est sur le volet « sécurité » que le chef de Division de la Sécurité militaire visse véritablement les règles. La consigne d’interdiction de téléphones portables déjà adoptée les années antérieures et qui visait davantage les civils et autres invités sur la place du défilé, s’étend aux hommes en troupes. Seuls les personnels d’encadrement y échappent. Il est conseillé d’«éviter de porter tout objet compromettant ». Pour ce qui est du personnel défilant en véhicules, il devra « mettre les armes doivent en bandoulière », et « les canons des armes de bord… pointés vers le ciel». La circulation des armes est strictement encadrée et restreinte sur la place du défilé. Ainsi, « tous les ensembles mobiles des armes devront être retirés de toutes les armes». Et, plus important encore, « les gardes du corps des personnalités ainsi que les porte-fanions des officiers généraux devront accéder à la place des fêtes sans armes sur eux ainsi que dans les véhicules», prescrit le patron de la sécurité militaire. Ainsi, seule la garde du président de la République est autorisée à accéder au Boulevard du 20 mai avec des armes.

Toutes ces mesures prises visent à « rassurer le chef de l’Etat, principal hôte du défilé du 20 mai 2024 et d’assurer une participation honorable des forces de défense et de sécurité», justifie Emile Joël Bamkoui. Plus que les années antérieures, la sécurité est restreinte et renforcée autour du président de la République à l’occasion du défilé du 20 mai. La presse en subit déjà. Un cordon sécuritaire autour du président de la République ne permet plus depuis l’année dernière, d’avoir des images du président de la République à sa descente de son véhicule et lors de sa marche vers sa loge à la tribune présidentielle.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.