Fécafoot : Puma fait de la résistance

L’ex équipementier continue d’habiller des membres de la délégation officielle en Egypte.

0
686
Après 10 ans, Puma est resté dans les esprits

Partira, partira pas. Puma n’est plus l’équipementier des Lions indomptables depuis le 31 décembre 2018. Du moins depuis la présentation des nouvelles tuniques des deux sélections nationales fanion de football du Cameroun début juin 2019, estampillés Le Coq sportif. D’abord le 7 juin à Montpellier pour la sélection féminine, puis le 19 juin à Yaoundé pour les hommes. Si le contrat liant la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) n’a pas (encore) été signé, et que Seidou Mbombo Njoya, le président de la Fécafoot et Mehdi Kamraoui, le représentant de Le Coq sportif, ont gardé secrets les clauses du pré-contrat annoncé, ils se sont accordés à rassurer l’opinion que les deux parties marcheront main dans la main sur quatre ans. « Nous avons donc fait des consultations restreintes auprès des équipementiers les plus côtés sur le marché en plaçant comme prioritaire Puma. Suite à la proposition irrespectueuse de Puma qui voulait diviser par trois, voire quatre son apport, nous avons discuté avec d’autres, et avons réussi à trouver un accord avec Le Coq Sportif. Le contrat tient encore à quelques modalités juridiques, mais nous disposons d’un pré-contrat avec la marque», avait annoncé Séidou Mbombo Njoya. Saluant les efforts du nouveau partenaire pour avoir fourni en deux mois, les stocks nécessaires pour les deux équipes qui étaient appelées à défendre les couleurs nationales.

Et pourtant, dans la tanière des Lions indomptables, la marque Puma résiste. Au sein de la délégation officielle, des membres influents de la Fécafoot dont des membres des Comités exécutif et d’urgence, continuent d’arborer les survêtements et maillots frappés du logo de l’équipementier allemand. Alors que les membres de la délégation officielle reçoivent souvent une part des équipements. Une situation qui peut réveiller le doute dans les esprits, tant la non signature du contrat après plusieurs rendez-vous donnés, a laissé croire et même dire que la Fécafoot avait juste trouvé un accord avec l’équipementier français pour parer au plus pressé. Même si Séidou Mbombo Njoya a indiqué que « les choses ont été faites dans les règles de l’art… Les statuts de la fédération sont clairs : il existe un comité d’urgence qui agit en lieu et place du comité exécutif. Ce dossier est passé entre les mains du comité d’urgence qui l’a validé…»

Peut-être sont-ce les restes des stocks que détenait encore la Fécafoot au moment de l’expiration du contrat avec Puma? Toujours est-il que l’image suscite de la suspicion. Joint sur ce sujet, Parfait Siki, le chef du département communication de la Fécafoot, a promis d’apporter des clarifications, qui ne viendront jamais.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here