Régie du dragage : plus de 100 milliards à faire gagner à l’Etat

0
62

D’après des analyses financières, la gestion de l’activité du dragage en régie qui a débuté en janvier 2021, va permettre de faire des économies considérables au cours des prochaines années.


Le Port Autonome de Douala (PAD) vit une nouvelle histoire avec la Régie Déléguée de Dragage (RDD). Le dragage, une technique qui vise à faciliter l’accès des navires au port via le nettoyage du fond d’eau, était par le passé géré par des entreprises étrangères. Ce qui semblait coûter très cher à cette entreprise publique. La plus petite offre semble-t-il était de 16 milliards pour le chenal et de 24 milliards pour les plans d’eau. A la suite des réformes opérées ces dernières années, cette activité est désormais assurée par le PAD lui-même qui a acquis de nouveaux équipements pour cette tâche. Les résultats affichés sont positifs. Du 31 janvier 2021 au 30 juin dernier, ce sont près de 2 millions de m3 qui ont été dragués soit près de 50% de ce qui était fait en une année par les anciens prestataires. Bien plus, d’après des études économiques et financières qui ont été réalisées par le PAD, l’option de gestion par régie annonce des gains significatifs pour le Port dans les années à venir. Il apparaît que le prix unitaire du dragage par m3 dans le cadre de la régie permettrait de réaliser en moyenne des gains de 307 F CFA sur l’entretien du chenal et de 3 915 F CFA pour le dragage des plans d’eau, des quais et des darses du port de Douala. Le dragage a en effet coûté sur les quinze dernières années environ 176 milliards de F CFA au PAD pour des volumes qui n’étaient pas constants. Ceci pour une moyenne de 10,5 milliards de F CFA par an. Mais en réalisant les travaux de dragage en régie, les dépenses reviendraient à 76 milliards de F CFA en moyenne pour les 15 prochaines années. Soit une économie projetée de 103 milliards de F CFA sur la même période. Les nouveaux équipements acquis pour atteindre cet objectif comprennent des engins flottants et des engins terrestres destinés aux travaux d’aménagement des sites de refoulement des résidus du dragage. Pour leur acquisition, le PAD a engagé sur fonds propres une contribution de 4.5 milliards de F CFA représentant 17,2 % des 26,2 milliards F CFA qui ont été mobilisés. Ceci, via un mécanisme ayant fait intervenir des banques locales pour 13,3 % et deux crédits acheteurs conclus avec le fournisseur des dragues représentant 69,4 %. L’objectif visé à terme est de ramener l’ensemble des dépenses du dragage du chenal d’accès ; des plans d’eau darses et des pieds de quai à moins de 5 milliards de FCFA par an. Y compris les charges d’exploitation de la Régie. En plus de l’aspect technique, il est à noter qu’une fonction commerciale est également attribuée à cette régie

- Publicité -

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here