Protection de l’environnement : Huawei veut digitaliser l’énergie

L’industriel chinois a organisé un forum sur les énergies renouvelables dans le but de trouver des alternatives numériques pour une société verte et sans carbone.

0
53

Le géant chinois des solutions digitales Huawei, et le ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) ont l’ambition d’analyser les pistes de solution pour favoriser la digitalisation de l’énergie pour un environnement sans carbone et la possibilité d’avoir une société verte et intelligente. C’est dans ce cadre que les deux partenaires ont organisé un sur les énergies renouvelables il y a quelques jours. Objectif : trouver des alternatives numériques pour une société verte et sans carbone. Invité à prendre la parole à cette occasion, Adolphe Thomas Ndjouke, le Secrétaire général du Minee, a donné une place de choix aux énergies renouvelables pour la marche du Cameroun vers l’émergence « Sans énergie, nous ne pourrons pas atteindre l’émergence en 2035 », a-t-il lancé. Précisant par ailleurs que l’accès des populations à l’électricité est l’un des axes majeurs de la politique du chef de l’Etat. Avant de rappeler les engagements pris par le président de la République du Cameroun au sommet de la Cop 21 à Paris en 2015, qui étaient  situés à 25% la contribution des énergies renouvelables dans le mix énergétique à l’horizon 2035. Selon le représentant du Minee, « l’atteinte de ces objectifs nécessite activement l’implication des entreprises privées, des bailleurs de fonds et des partenaires au développement ».  Le représentant de Gaston Eloundou Essomba a profité de l’occasion pour exprimer les félicitations de son ministre pour les efforts et l’engagement de l’entreprise Huawei dans ce sens.

- Publicité -

<b>Production des énergies vertes</b>

Pour M. Gongyuqing, président du Northen african digital power business, « le secteur de l’énergie au Cameroun est principalement dominé par l’hydroélectricité, le gaz naturel et l’énergie brute. Ces deux dernières sources sont des énergies fossiles. Par conséquent, elles contribuent également à la dégradation du climat et donc à la destruction de l’écosystème ». D’où l’importance de la société verte intelligente que propose Huawei. « Il y aurait une restauration du climat, une préservation des ressources naturelles, une baisse des coûts de l’électricité entraînant un développement économique. Il y aurait également réduction des accidents sur les autoroutes, puisqu’il y aurait des capteurs pour détecter le mouvement de chaque voiture sur la route », rassure M. Gongyuqing. Huawei, à travers ce forum, a posé les jalons pour une réflexion plus profonde « Aujourd’hui, en parlant de digitalisation, il ne s’agit pas seulement des télécommunications. On va désormais parler de la digitalisation de l’énergie avec la production des énergies vertes. Huawei, après beaucoup de travail et de recherche, a pensé à mettre sur pied une solution d’énergie numérique qui est essentiellement axée sur l’utilisation des énergies renouvelables, et qui pourrait considérablement diminuer l’émission de gaz carbonique dans l’air et de ce fait, contribuer à l’assainissement de l’environnement pour un monde plus sain et sans carbone », a développé Edmonde Djiokeng TEBOH, la directrice des relations publiques Huawei en zone Cemac.

Huawei accompagne actuellement le gouvernement camerounais dans un projet de construction de 1000 centrales solaires photovoltaïques pour les populations des zones rurales. A ce jour, près de 350 localités sont déjà servies.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here