Projet PDVIR : les indemnisations ont commencé

0
219

Pour un coût total de 3,6 milliards de F CFA, le paiement des droits des populations de Douala 3e et 5e impactées par le Projet de Développement des Villes Inclusives et résilientes s’étend jusqu’au 18 août prochain.


Depuis le 02 août 2021, des populations de Douala 3e et Douala 5e passent à la caisse. Ces deux arrondissements ont en effet été sélectionnés comme bénéficiaires du Projet de Développement des Villes Inclusives et Résilientes (PDVIR). Un projet pour lequel le gouvernement camerounais avait obtenu un financement de la banque mondiale à hauteur de plus de 90 milliards de Fcfa, dont environ 43 milliards pour la ville de Douala. La mairie de la ville s’était engagée à prendre en charge le paiement des indemnisations/compensations au titre de fonds de contrepartie. Elle a ainsi pu obtenir en juin dernier un prêt de 3, 2 milliards de Fcfa auprès d’une banque locale. Cet argent est aujourd’hui mis à contribution pour payer les droits des personnes touchées par ce projet. Le montant total de cette opération étant de 3, 6 milliards de Fcfa.

- Publicité -

« Ce sont des personnes qui sont détentrices d’un titre foncier ou des biens ; et ce sont ces biens qu’on indemnise. Il y a une commission qui a été mise en place et la liste a été établie par un texte officiel, non par le maire. Ce que nous faisons simplement au niveau de la CUD c’est garantir l’indemnisation totale de toutes les personnes impactées par le projet. », a indiqué le maire de la ville Roger Mbassa Ndiné lors du lancement officiel des opérations par le préfet du Wouri, le 06 août dernier. Le paiement se fait par virement bancaire et le compte est crédité quelques jours après le remplissage du formulaire, le temps pour la commission de paiement, la CUD et la préfecture de procéder à la vérification des documents. Ce sont plus de 1000 personnes des arrondissements de Douala 3e et Douala 5e qui sont concernées par cette opération. Ces communes regorgent en réalité des quartiers précaires qui sont en outre vulnérables aux changements climatiques. Ces quartiers bénéficient donc du soutien de la banque mondiale dans le cadre du projet Pdvir qui vise une gestion urbaine inclusive et résiliente, en répondant aux problèmes comme l’inondation ou la protection des zones humides par la construction des drains et voiries. Il est également question d’améliorer l’accès à l’infrastructure et aux services urbains, l’inclusion économique en favorisant l’accès aux opportunités économiques notamment des jeunes. Les travaux pourront démarrer, une fois que les populations seront entièrement indemnisées. « C’est la saison des pluies qui peut retarder le démarrage des travaux. Mais, dans 6 semaines maximum, si la pluie nous le permet, sinon en novembre 2021 au plus tard. Il est question de construire 11 km de voiries urbaines, 7 km de drains pour lutter contre les inondations, 7 km de voiries de proximité dans les quartiers et voiries secondaires et tertiaires. Ces investissements s’élèveront à hauteur de 28 milliards de Fcfa », a souligné la coordonnatrice du projet Anne Marie Essono qui représente le Mindhu tutelle des activités.

En plus des travaux, ce projet qui va jusqu’en 2023, comprend des activités institutionnelles notamment d’appui à la décentralisation d’un coût de 10 milliards de francs CFA. On note aussi un programme de subvention des activités économiques des jeunes de 18 à 35 ans.

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here