Prix international 2024 l’Oréal-Unesco : La Camerounaise Rose Leke sur le toit du monde

La chercheuse fait partie des cinq femmes lauréates de ce prestigieux prix qui récompense les efforts des femmes scientifiques.

Le Pr Rose Leke est lauréate du Prix international 2024 L’Oréal-Unesco pour la zone Afrique et Etats arabes. L’ancienne cheffe du département des Maladies infectieuses et de l’immunologie, de l’université de Yaoundé 1 est récompensée pour ses recherches exceptionnelles et ses efforts novateurs dans la lutte contre le paludisme. Dans ses recherches, celle qui a par ailleurs été directrice du Centre de biotechnologie de la Mère des universités camerounaises, a œuvré à améliorer l’étude du paludisme des femmes enceintes, à soutenir l’éradication de la polio s’est beaucoup investi à permettre une meilleure vaccination en Afrique. Non sans en même temps jouer sa partition en faveur de la promotion des jeunes scientifiques.

Les informations distillées par le Comité d’organisation du prix font état de ce que « l’influence nationale, régionale et mondiale de la professeure Leke a eu un impact profond sur la santé publique dans son pays natal (…) et dans toute l’Afrique ». Le jury du prix international 2024 L’Oréal-UNESCO indique que « ses réalisations font d’elle un modèle, une enseignante de premier plan et une alliée pour les jeunes femmes scientifiques ». C’est le Vert-rouge-jaune qui est ainsi honoré.

7 Prix Nobel

Comme son nom complet l’indique, le prix international 2024 L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science, récompense chaque année cinq femmes à travers le monde, « pour leurs travaux pionniers en sciences de la vie et de l’environnement ». Cinq femmes représentant chacune une des cinq régions suivantes du monde : Afrique et Etats arabes, Amérique du Nord, Amérique latine et Caraïbes, Asie et Pacifique et Europe. Cette année, le prix s’est intéressé aux « avancées face aux défis de santé publique ». Avec un focus sur le cancer, les maladies infectieuses telles que le paludisme et la poliomyélite ; et les maladies chroniques comme l’obésité, le diabète ou l’épilepsie. Les autres lauréates sont la biochimiste brésilienne Alicia Kowaltowski (Amérique latine et les Caraïbes), la généticienne canadienne Nada Jabado (Amérique du Nord), la biologiste chinoise Nieng Yan (Asie et Pacifique) et la biologiste française Geneviève Almouzni pour l’Europe. Le 28 mai prochain, les cinq lauréates recevront leurs prix au siège de l’Unesco à Paris.

Selon les données de l’Unesco, « seul un chercheur sur trois dans le monde est une femme, un quart des postes scientifiques de haut niveau sont occupés par des femmes en Europe et depuis la création des Prix Nobel en sciences en 1901, seules 25 femmes ont remporté ces prix ». D’où l’engagement de l’organisme onusien aux cotés de L’Oreal pour promouvoir l’engagement des femmes dans le monde de la science. 26 ans déjà que cette aventure dure. Et parmi les lauréates, sept ont déjà obtenu un Prix Nobel.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.