Pierre Numkam alerte sur la faillite de certaines banques

0
208

L’auditeur bancaire demande la mise en place urgente du « cadre amiable » institué depuis 31 ans par le chef de l’etat .


“Notre système bancaire est au bord de l’effondrement”, déclare Pierre Numkam ce 27 avril 2021 face à la presse à Douala. Cette date marque en réalité le 31 eme anniversaire de l’ordonnance du 27 avril 1990 du Président de la République fixant les conditions de liquidation des banques au Cameroun. Le PCA de la Mutuelle Inter Africaine des Consommateurs des Biens et Services (Miacbis) saisit l’occasion pour dresser la situation des banques et micro finances au Cameroun. Pierre Numkam fait un triste constat. Les créances en souffrance des banques camerounaises sont de l’ordre de 618 milliards de francs CFA. Bien plus, 5 banques présentent des fonds propres négatifs. La faillite est là, d’après cet auditeur bancaire. La solution pour lui n’est pas de les fermer, plutôt recouvrer ces créances en souffrance. « Il faut redresser ces banques et cela implique de retrouver chaque débiteur qui ne parvient pas à rembourser son crédit. Selon les prescriptions du cadre amiable du président Biya, ces débiteurs devront expliquer à la banque et à l’épargnant que nous représentons pourquoi il ne parviennent pas rembourser les crédits qu’ils ont eu des crédits ».

Le PCA de la Miacbis rappelle de nouveau son combat pour la mise en place effective du cadre amiable pour redresser ces banques et micro finances en faillite. Ce cadre étant un espace tripartite réunissant l’épargnant, la banque et l’entreprise. L’article 2 du texte instituant ce cadre dispose notamment que les épargnants doivent obtenir restitution de l’intégralité de leurs épargnes avec leurs intérêts même en cas de liquidation de la banque. Or ce n’est pas ce qui est fait jusqu’ici. Pierre Numkam demande donc premièrement que ce texte du Président de la République soit appliqué, deuxièmement que les magistrats soient formés à l’audit bancaire pour une bonne application. Puis en troisième lieu, que les victimes du système financier se mobilisent pour défendre leurs droits.

Après avoir saisi plusieurs membres du gouvernement, notamment le garde des sceaux, le ministre des Finances et le Premier ministre, sa mutuelle projette d’aller vers le président de la République afin que l’ordonnance du 27 avril 1990 fixant les conditions de liquidation des banques au Cameroun soit appliquée. Ceci dans l’optique de prévenir les créanciers des banques qui battent de l’aile .

Par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.