Joseph Beti assomo remobilise les troupes

0
103

Le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de la Défense a effectué deux visites de travail dans les régions de l’Ouest et de l’Extrême-Nord.


A moins d’une semaine, Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense s’est rendu à l’Ouest, puis à l’Extrême-Nord. Question pour le Mindef, de remobiliser les troupes sur le terrain en vue d’arrêter la saignée causée par la montée en puissance des attaques des combattants séparatistes et des incursions de Boko Haram. Il était davantage question pour Joseph Beti Assomo de porter du réconfort aux militaires blessés et de diagnostiquer la situation sécuritaire assez préoccupante. « Nous avons été spécialement dépêchés en urgence dans l’Extrême-Nord par le président de la République. Il nous a demandé de venir porter son réconfort et son appui à nos militaires blessés dans les attaques perfides du groupe terroriste Boko Haram sur certaines de nos positions militaires ces derniers jours, particulièrement dans le département du Logone et Chari », a indiqué Joseph Beti Assomo au cours d’un point de presse lors de sa visite à l’Extrême-Nord, en fin de semaine dernière. Le ministre de la Défense qui a reconnu la capacité de nuisance de Boko-Haram a tenu à féliciter tous les militaires au front pour le travail abattu. « Le groupe terroriste revient en force… Boko Haram a, d’après les analyses que nous avons faites, un nouveau visage… Et notre devoir était de venir féliciter les hommes qui sont sur le terrain pour tout le travail qu’ils ont fait jusqu’ici. Souvenez-vous que depuis quelque chose comme six à huit mois, nous n’avons pas d’attaque véritable ou de tentative d’attaque de Boko Haram. Cela grâce au travail remarquable des forces de défense et de sécurité». Un discours qui avait déjà été tenu dans la région de l’Ouest où il avait déjà dénoncé « les attaques perpétrées à répétition des individus lourdement armés».

- Publicité -
RIPOSTE

Lors de sa visite, le 23 juillet dernier dans la région de l’Ouest, nouvelle cible des attaques des combattants séparatistes, Joseph Beti Assomo a tenu une réunion de sécurité avec les officiers généraux des armées, les responsables des régions militaires, le haut commandement de la Gendarmerie et toutes les autorités administratives de la région. Au cours de la rencontre, les participants ont analysé la situation sécuritaire, avant que de tirer les conclusions. Il s’est agi entre autres de renforcer les effectifs de militaires dans les rangs, de réorganiser les comités de vigilance. Une réunion similaire a été tenu le 28 juillet dernier à Mora dans l’ExtrêmeNord. Dévoilant les conclusions de cette rencontre, Joseph Beti Assomo a souligné : « ce que je puis vous dire, c’est que nous n’avons pas tenu une réunion pour rien. Nous avons tenu une réunion spéciale d’évaluation sécuritaire pour voir comment recadrer notre action, comment restructurer la configuration de l’implantation du dispositif sur le terrain. En un mot, comment s’adapter à la nouvelle donne. Ce qui s’est passé ces derniers jours, croyez-moi, ne restera pas sans conséquence et sans réaction appropriée de l’armée camerounaise. Je ne puis aller dans les détails de ce qui a été dit. Tous les chefs militaires étaient là, les états-majors centraux comme ceux qui conduisent les opérations sur le terrain. Et je préfère vous donner rendez-vous sur le terrain dans un avenir très proche ».

Ces dernières semaines, les attaques de Boko-Haram et des combattants séparatistes ont fait une vingtaines de morts militaires et policiers.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here