Investissement : 0,8 % de taux de croissance gagné en fin 2020

0
75

La récession observée au premier semestre du fait de la Covid-19 a laissé place à la reprise de l’activité économique au dernier trimestre, révèle une récente publication de l’INS.


L’économie camerounaise a renoué avec la croissance entre octobre et décembre 2020. Au quatrième trimestre de cette année, le Produit intérieur brut (PIB) du Cameroun a augmenté de « 0,8 % par rapport au même trimestre en 2019 », révèle « Les comptes nationaux trimestriels » du Cameroun, publié par l’Institut national de la statistique le 28 juin dernier. Selon cette structure, tous les trois secteurs d’activités ont connu une croissance positive au cours de ce dernier trimestre, et davantage le secteur secondaire, qui enregistre à lui seul un taux de croissance de 0,9 point. « Tous les trois secteurs d’activités marquent des croissances positives ; bien que celle du secteur secondaire (3,6%) soit plus relevée que celles des secteurs primaire (0,7%) et tertiaire (0,4%). Ainsi, le secteur secondaire contribue le plus à la croissance du PIB ce trimestre en affichant 0.9 point tandis que les secteurs primaire et tertiaire marquent respectivement 0.1 point et 0,2 point de contribution », renseigne l’INS.

- Publicité -

Cette croissance observée dans le secteur secondaire s’explique selon l’INS, par le dynamisme des activités du bâtiment et des travaux publics. Cellesci ont créé une croissance de 9,9 % au dernier trimestre 2021 du fait notamment de la poursuite des chantiers liés à l’organisation de la CAN 2021. Un dynamisme également enregistré dans les industries manufacturières (6,6%) tirées par l’industrie du textile-confection et les industries chimiques, renseigne le rapport de l’INS.

Moins importante que dans le secteur secondaire, la croissance aux niveaux primaire et tertiaire a été impactée par la baisse de la demande du fait de la crise sanitaire. Ainsi, la performance des activités dans l’agriculture vivrière a augmenté de 3.2%, l’élevage, la chasse et la pêche de 3,7% et la sylviculture de 4,7%, détaille l’Ins, qui précise par ailleurs que « la croissance du secteur a donc été considérablement freinée par la mauvaise tenue des activités de l’agriculture industrielle et d’exportation (- 5,5%) » au cours du dernier trimestre 2020.

« La timide progression du secteur tertiaire résulte quant à elle de la bonne tenue des activités de l’information et télécommunication (8,4%) et des services financiers (2,3%). Toutefois, la contraction des activités dans le commerce et la réparation (-1,1%), le transport et l’entreposage (-1,0%), et la récession que subissent les services d’hôtellerie et restauration depuis le deuxième trimestre 2020 du fait de la pandémie du COVID-19, n’ont pas permis à ce secteur d’atteindre son niveau optimal de croissance », renseigne l’institution.

Au niveau de la demande, la croissance du PIB au cours du quatrième trimestre 2020 a été tributaire de l’amélioration de l’investissement privé et de la consommation finale qui contribuent respectivement de 1,8 point et de 1.6 point à la croissance du PIB. « L’évolution modérée des exportations en volume, traduite par une contribution de 0,6 point à la croissance du PIB, couplée à la chute des importations (-1,2 point après 3,9 points) contribuent à une amélioration du déficit de la balance commerciale au cours de ce trimestre. La somme des données obtenues au cours des 12 mois de 2020 porte la croissance économique annuelle du Cameroun à 0,7% contre les 3,7% en 2019 observés en 2019.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here