Gendarmerie nationale: Plus de 1 000 nouveaux sous-officiers reçoivent leurs parchemins de fin de formation

Les lauréats de la 41ème cuvée du Certificat d’aptitude technique N°2 Service Général (CAT2/SG) ont reçu leurs parchemins vendredi 24 mai 2024, au cours d’une cérémonie présidée par  le général de brigade Toungue Elias, commandant de la Première région de gendarmerie, qui représentait le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la Gendarmerie nationale.

Le général de brigade Toungue Elias et d'autres officiers supérieurs en compagnie d'une partie des lauréats

Faste et solennité puis joie et célébrations. C’est le cocktail d’émotions et de prestige qui s’est offert aux yeux de toutes les personnes venues assister à la cérémonie de remise solennelle des parchemins aux élèves sous-officiers qui ont passé les épreuves du Certificat d’aptitude technique N°2 service général. C’est la cour du Camp Yeyap Mousa, l’une des bases de la Gendarmerie nationale dans la ville de Yaoundé, qui a abrité cette cérémonie présidée par le général de brigade Toungue Elias, Commandant de la Première région de gendarmerie, qui représentait le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la Gendarmerie nationale. Il avait à ses côtés, le général de brigade André Patrice Bitote, le colonel Engozo’o Sylvain, Commandant des écoles et centres d’instruction de la gendarmerie, ainsi que plusieurs autres officiers supérieurs de la gendarmerie nationale.

Les parchemins remis vendredi dernier, sanctionnent un stage d’une durée de 6 mois au cours duquel, les apprenants ont reçu des notions approfondies de formation générale, de maintien de l’ordre public, de police judiciaire, de commandement dans la gendarmerie, de lutte anti-terroriste et de conduite des enquêtes etc. Pendant cet internat, les nouveaux sous-officiers ont également pris part à des activités parallèles, à l’instar des opérations de sécurisation et de nettoyage de certains quartiers de Yaoundé. Certains d’entre eux ont également rejoint les rangs des gendarmes qui ont participé au maintien de l’ordre  lors des fêtes de fin d’année 2023. L’apothéose a été leur participation au défilé civil et militaire du 20 mai, fête de l’Unité nationale. Cette formation n’a pas été de tout repos. Le colonel Engozo’o Sylvain a surtout en mémoire, des lésions graves dont on souffert certains aspirants sous-officiers. Mais tout cela était nécessaire, car c’est certainement  le niveau élevé des enseignements à la fois théoriques et pratiques qu’ont reçu les apprenants, qui ont fait dire au lieutenant-colonel Louis Charles Boum Mbadi, directeur des études, que ces derniers sont désormais «capables de  de conduire au combat un groupe dans le cadre des opérations antiterroristes et dans le cadre des opérations ordinaires de défense du territoire»

Lors de son discours de circonstance, le lieutenant-colonel Ben Bayiha Bayag directeur dudit stage, par ailleurs commandant de l’Ecole des sous-Officiers, a révélé  que 1 054 élèves sous-officiers ont été admis en stage, 1 031 y ont effectivement pris part, 6 ont déserté et 9 autres ont été exclus pour indiscipline. Et au lieutenant-colonel Louis Charles Boum Mbadi qui détaillait les résultats, de renchérir en précisant que «sur les 1017 Elèves Sous-officiers ayant pris part à l’examen final, seuls 1013 ont eu une moyenne supérieure ou égale à 10/20, pour un taux de réussite de 99,60 %». Deux gendarmes se sont particulièrement distingués lors de ce stage. Il s’agit du gendarme major Donal Nkouonden Tsimi qui a terminé major de la 41ème cuvée du Certificat d’aptitude technique N°2 Service Général, secondé par la gendarme major Tania Baz Nguinda. «Le sous-officier est la colonne vertébrale, la cheville ouvrière de toute armée. C’est numériquement la catégorie de personnels la plus importante. C’est à elle que revient  la responsabilité de veiller à l’exécution du plus grand nombre de tâches. Si les sous-officiers font bien leur travail, l’armée se porte bien. Je vous demande d’être des collaborateurs ayant le sens de responsabilités» a déclaré le général de brigade Toungue Elias, lors de son adresse aux lauréats.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.