Faute d’intrants, 35 % des entreprises ont perdu des commandes en 2021

0
73

L’Institut national de la statistique (INS) vient de publier une enquête d’évaluation de l’impact socioéconomique du coronavirus (Covid-19) au Cameroun au cours de l’année 2021.

- Publicité -

La pandémie de la Covid-19 continue à perturber la chaine d’approvisionnement des entreprises en intrants pour la production. Généralement, la régularité de cet approvisionnement permet d’améliorer la capacité des entreprises à répondre aux commandes de leurs clientèles.

Dans l’ensemble, la proportion des entreprises ayant procédé à l’annulation des commandes de leurs clients, pour insuffisance d’intrants pour la production au cours des 30 jours précédant l’enquête, se situe à 35,1%. Cette proportion est restée quasiment la même entre les deux vagues d’évaluation. C’est ce qu’indique l’Institut national de la statistique (INS), dans une enquête qu’elle vient de publier, « enquête d’évaluation de l’impact socioéconomique du coronavirus (Covid-19) au Cameroun au cours de l’année 2021 ».

Suivant la taille, aucune GE n’a déclaré avoir annulé les commandes de ses clients à cause de l’insuffisance d’intrants. Les UPI demeurent les plus touchées par cette annulation (38,9%). Quant aux PME, la proportion de celles ayant annulé les commandes de leurs clients passe de 34,1% à la vague 1 à 38,1% à la vague 2.

Suivant l’activité principale, la situation s’est nettement améliorée pour les entreprises de certaines branches d’activité. Lesdites entreprises qui avaient déclaré avoir annulé les commandes de leurs clients à la première évaluation n’ont procédé à aucune annulation cette fois ci. Parmi ces entreprises, l’on retrouve celles appartenant aux branches qui étaient les plus dévastées par la pandémie de la Covid-19 à son début, il s’agit notamment des entreprises des branches « Hôtellerie » ; et « Restauration et débit de boissons ».

 MEVENTE LIEE AUX ANNULATIONS DES COMMANDES

Dans l’ensemble, la mévente liée aux annulations de commandes des clients pour insuffisance des intrants pour la production touche un peu plus d’entreprises lors de la deuxième évaluation. En effet, le pourcentage d’entreprises concernées a évolué à la hausse entre les deux évaluations passant de 35,1% à 47,1%.

Suivant la typologie des entreprises, l’on note que ces commandes annulées représentent 50,0% et 44,3% des ventes mensuelles pour les PME modernes et les Unités de production informelle (UPI) respectivement.

En cas de livraison retardée d’intrants ou d’interruption, plusieurs entreprises mettent en œuvre certains mécanismes d’ajustement à l’effet de répondre aux commandes de leurs clientèles.

Dans l’ensemble, les mécanismes d’ajustement optés par les entreprises en cas de retard dans la livraison d’intrants ont gardé la même tendance entre les deux vagues. Sept entreprises sur dix n’ont opéré aucun changement dans le but d’accroitre leur production.

Cependant, 16,3% des entreprises ont eu recours à la stratégie d’accroissement du nombre des fournisseurs locaux afin améliorer leur production. Cela a beaucoup plus concerné les UPI (19,8%).

 L’INS recommande de promouvoir le développement d’une industrie locale capable de combler les besoins en approvisionnement d’intrants des entreprises nationales afin de rendre le marché moins vulnérable aux chocs extérieurs.

Par AA

Défis Actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.