Douala. La CUD espère une rallonge sur les financements de la Banque mondiale

0
53

Tandis que son dossier pourra être sur la table du conseil d’administration de la Banque mondiale en mars 2022, la mairie de la ville de Douala souhaite mobiliser plus de ressources financières.

- Publicité -

Douala, capitale économique du pays et poumon de la sous-région n’a pas manqué une attention particulière du Vice-Président de la Banque mondiale en visite au Cameroun. Ousmane Diagana a fait un arrêt à la mairie de la ville qui en ce moment met en œuvre plusieurs projets financés par l’institution de Bretton Woods. Il s’agit notamment du Projet de Développement des Villes Inclusives et Résilientes (PDVIR) qui porte sur un montant d’environ 43 milliards de FCFA.  Un montant pour lequel la mairie de la ville a mobilisé moins de 3 milliards comme fonds de contrepartie. Il est question à travers ce projet d’étendre le réseau de drains et le réseau routier, ainsi que d’autres actions sociales. Un autre projet tout aussi important porte sur la mobilité urbaine et va permettre de développer dans la ville, le transport en commun par bus rapide.  L’exécutif communautaire travaille actuellement afin que ce projet puisse passer devant le conseil d’administration de la banque mondiale en mars 2022.

La visite d’Ousmane Diagana a permis de faire le point sur ces différents programmes et de manière générale, une revue de la coopération entre les deux institutions.  Sur le PDVIR par exemple, le maire de la ville a dressé l’état d’avancement. « Nous avons, 45 KM de drains construits sur 250 KM. Nous pouvons déjà veiller à ce que dès qu’il y a des inondations à Douala, dans les heures qui suivent l’arrêt des pluies, les eaux s’écoulent. Et nous souhaitons donc étendre ce réseau de drains.  Nous allons aussi lancer dès octobre de nouveaux travaux routiers avec l’appui de la banque. », a fait savoir Roger Mbassa Ndiné. Le représentant de la Banque mondiale a dit être ravi de l’évolution des différents projets et s’est montré optimiste pour la suite.  « Nous avons pu rassurer les autorités que la banque mondiale restera à leurs côtés pour que tous ces programmes puissent avoir un impact encore sur le développement  et le rayonnement  de la ville de Douala», a-t-il déclaré.  Roger Mbassa Ndiné, pour sa part, a dit que ce serait un « soulagement », si la Banque mondiale opérait une rallonge sur les prochains financements.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here