Développement: la commune d’Olamze tient sa radio

Dénommée Nku Nnam et émettant sur la fréquence 98.0 Fm, elle a été inaugurée le 9 mars dernier par l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou.

La commune d’Olamze tient sa radio

Fini le silence radio dans la commune d’Olamze, ville située dans le département de la Vallée du Ntem, région du Sud. Depuis le 9 mars dernier, les 12 000 habitants de cette localité peuvent désormais s’informer en toute quiétude en se connectant sur la 98.0 FM, fréquence de la chaine de radio Nku Nnam, inaugurée par l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou. L’objectif de cette radio consiste entre autres à souder les liens familiaux entre les différentes communautés, partager des informations dans le domaine de la santé, de l’agriculture, de la formation professionnelle et de la décentralisation, etc, selon l’ambassadeur de France au Cameroun. Trois langues seront utilisées pour diffuser les informations, en l’occurrence le français, l’anglais et bien entendu la langue locale, le Ntoumou. En clair, il est question, a renchéri le chef de mission diplomatique de la France au Cameroun, de faire de la radio Nku Nnam un outil de développement local. Autant dire qu’il n’y aura pas que la commune d’Olamze qui écoutera les informations provenant de cette radio. Les villes d’Oyem au Gabon, Mengoumou en Guinée Équatoriale seront également arrosées. L’ouverture de l’antenne est prévue pour 6 heures et la fermeture à 21 heures. Pour sortir les populations d’Olamze et d’ailleurs de la sécheresse informationnelle dans laquelle elles baignaient, la France n’a pas lésiné sur les moyens. C’est au total 900 millions de francs CFA qui ont été déboursés pour construire et réhabiliter 20 chaines de radio à travers le pays. Ces ressources ont permis au Programme National de Développement Participatif (Pndp) d’équiper cette radio d’un groupe électrogène, d’un mixeur, d’un onduleur, etc. Cette initiative est financée par la France, notamment l’Agence Française de Développement (AFD) à travers le mécanisme Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Et pour être parmi les communes bénéficiaires, il fallait se livrer à un processus de sélection encadré par un appel public à manifestation lancé par le Programme National de Développement Participatif (Pndp). L’inauguration de cette nouvelle chaîne intègre ainsi le projet radio mis en œuvre par le Programme National de Développement Participatif entamé en août 2013.

- Publicité -

Par Junior Matock (DA 463)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.