Communication : une nette amélioration de la qualité de service des télécoms

0
34

Avec plus de huit millions d’utilisateurs internet pour un taux de pénétration du mobile de 90 %, l’offre des services à travers le mobile au Cameroun s’est fortement démocratisé.


Malgré la crise sanitaire, les opérateurs de télécommunications ont continué cette année (encore) à densifier leurs réseaux et à améliorer leur qualité de service (QoS) notamment pour l’usage de l’Internet mobile. Ces améliorations s’illustrent dans les résultats présentés par la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel) le 7 juillet dernier à l’Assemblée nationale. C’était à l’occasion des questions orales au parlement. Concrètement, «avec plus de huit millions d’utilisateurs internet pour un taux de pénétration du mobile de 90 %, l’offre des services à travers le mobile au Cameroun s’est fortement démocratisée et connait aujourd’hui une ascension fulgurante», a expliqué Minette Libom Li Likeng. Par ailleurs, a poursuivi la ministre, le taux de pénétration du Smartphone est passeì de 25 % en 2016 aÌ près de 40 % en 2020, selon l’Observatoire National des Télécommunications de l’ART. «Toute chose ayant entraîné dit-elle, la montée en puissance d’un consommateur ouvert au monde, exigeant en matière de qualité de service en termes de disponibilité, accessibilité, continuité et intégrité. Et pour ce faire, les pouvoirs publics, les régulateurs et les opérateurs doivent œuvrer pour apporter une réponse appropriée à ces attentes».

- Publicité -

En effet, de l’avis de Minette Libom Li Likeng, l’essor des technologies numériques a modifié en profondeur les modalités de fourniture des services de communications électroniques et d’accès à ces services pour les consommateurs. Ainsi, une seule et même plateforme permet aujourd’hui de proposer des services de réseaux large bande, des services vocaux, des services de données et des services vidéo. Non seulement cette situation favorise la mise en concurrence, autrefois impossible, d’un large éventail de services et d’applications, mais elle rend nécessaire l’instauration de nouveaux cadres règlementaires pour couvrir des questions qui relevaient auparavant des domaines séparés et distincts qu’étaient la radiodiffusion, les télécommunications et les services en ligne. «Et dans ce cadre, explique la ministre, il est essentiel de comprendre que la mesure de la qualité de service peut se comprendre d’un point de vue général, ou alors spécifique à chaque service fourni (voix, SMS, Ussd, Data) qui sont des services convergents, pour lesquels les consommateurs n’ont pas la même expeìrience». Pour mémoire, les experts relèvent que les réseaux de télécommunications sont interconnectés au niveau national, régional et mondial, et la qualité des services de télécommunication d’un réseau ou d’un pays influence la qualité de bout en bout de ce service. De sorte qu’il est impossible de penser la qualité de service uniquement afférente au réseau physique, mais également au niveau de la perception du consommateur final.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here