Cameroun-Port autonome de Kribi : lueur d’un scandale autour du projet d’alimentation en eau

0
29

Une communication de Lilian Xavier Koulou Engoulou, coordonnateur général de l’Observatoire du développement sociétal (Ods), qui circule depuis quelques jours, tire la sonnette d’alarme de l’ombre d’un soulèvement des riverains du projet d’alimentation en eau potable du port autonome de Kribi.

- Publicité -

Selon la correspondance du coordonnateur de l’Ods, les riverains font « état de risques graves sur le projet d’alimentation en eau potable du port Autonome de Kribi et ses dépendances, autre marché confié à la société de droit Belge, Aspac International ».


Le fait


Pour ces riverains, la société chargée de faire évoluer les travaux, ne prend pas des dispositions pour protéger la population des dégâts qui en découlent. « Suite à l’alerte lancée par ses correspondants du département de l’Océan, faisant état de risques graves sur le projet d’alimentation en eau potable du port Autonome de Kribi et ses dépendances, autre marché confié à ASPAC, l’ODS a dépêché une mission sur place et les informations recueillies semblent dignes d’une attention toute particulière des autorités et de l’opinion nationale » précise le coordonnateur.
En effet, il apparaît qu’entre le maître d’œuvre Aspac et son partenaire sous-traitant, le Groupement Stex-Servel, il s’est dressé une opposition ouverte, née de considérations techniques et d’éthiques notoirement inconciliables. Aspac Int a mis de côté la société Stex-Servel et ce déséquilibre existant entre eux ne joue pas en faveur de l’avancement en qualité des ouvrages.


Stex-Servel et Aspac
Il faut rappeler que, le Groupement Stex-Servel, société de droit Camerounais en partenariat depuis de nombreuses années avec la société de droit Aspac, a été commis à la préparation du site devant porter deux réservoirs en béton d’une contenance de 2 000 m3 pour le premier et 1 500 m3 pour le second. « Mais au cours des travaux, de sérieuses anomalies ont été détectées quand la stabilité des sols du site, leur consistance en termes de matériaux, et d’autres risques liés aux infiltrations hydriques et aux déclivités morphologiques de nature à compromettre dangereusement la portance attendue pour les ouvrages de cette envergure ».


Déjà, en date du 31 janvier, le Directeur général de Stex-Serval adressait au Directeur général du Pak une analyse technique du rapport du Labogenie, qui démontrait pièce par pièce le manque flagrant de fiabilité rejoignant en de nombreux points les contestations et conclusions du cabinet Ingénierie Conseils.


Une résolution
Pour venir à bout de ces tensions, Ods invite Camwater, le Pak et l’Etat du Cameroun à s’intéresser de près à cette réalisation. Car plusieurs démarches ont été initiées, mais Aspac International, reste silencieux. Par ailleurs, la communication du coordonnateur de l’Ods, Lilian Xavier Koulou Engoulou, indique que, « Stex multiplie les alertes technico-professionnelles face à ce qui s’apparente fort à une réalisation bâclée du projet d’alimentation en eau du PAK et ses dépendances ».
Le cabinet Ingénierie Conseils, dans son rapport, relève une foultitude d’anomalies et dysfonctionnements à tous les niveaux de la gestion technique et administrative du projet par Aspac. Il indique : « Fort de ce qui précède, nous suggérons de : suspendre temporairement les travaux sur les principaux ouvrages de catégorie 3 ».
Pour reprendre les travaux de ces ouvrages à haut risque, il faudra : désigner un directeur de projet de l’entreprise avec résidence permanente sur site ; élaborer un CCTP sur les terrassements et son intégration dans le contrat par voie d’avenant ; présenter une identification contradictoire des matériaux utilisés et la mise sur pied d’un mécanisme de contrôle de qualité des matériaux au moment de l’approvisionnement ; valider clairement la consistance des prestations, d’identifier clairement tous les intervenants dans le chantier y compris les sous-traitants.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.