Beti assomo tire la sonnette d’alarme

0
258

Le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense a indiqué dans un communiqué que les services spécialisés de l’armée vont désormais traquer les personnes civiles qui s’exhibent avec les masques anti-Covid-19 de l’armée.


Parmi les mesures de lutte contre la pandémie du Covid-19, le ministère de la Défense a conçu des masques faciaux estampillés Mindef et fabriqués par l’Atelier central de confection de la Réserve logistique des Armées et de la Gendarmerie. De plus en plus ces masques de protection sont arborés par des personnes civiles. C’est fort de ce constat que Joseph Beti Assomo a décidé de tirer la sonnette d’alarme.

- Publicité -

Dans un communiqué signé et publié le 6 mai dernier, le ministre délégué à la présidence, chargé de la Défense a souligné que « les masques du Mindef ou de la Gendarmerie sont gracieusement destinés aux seuls personnels militaires et civils régulièrement répertoriés dans les registres du ministère de la Défense ». Joseph Beti Assomo a ensuite relevé que le port frauduleux desdits masques est assimilé au port illégal des uniformes et autres effets militaires par des individus non habiletés, en violation de la loi N°82/19 du 26 novembre 1982 interdisant l’achat, la vente, la confection, la distribution, le port ou la détention d’effets et insignes militaires par toute personne physique ou morale non autorisée. Dans les prochains jours, prévient Joseph Beti Assomo, les services spécialisés de l’armée sont désormais dehors pour traquer les contrevenants afin de les en dessaisir et ce, sans préjudice des poursuites judiciaires.

La mauvaise habitude

Il n’y a pas que le masque «militaire » qui intéresse les civils. Dans la pratique, il est courant de voir des civils qui arborent des tenues vestimentaires et insignes militaires. Notamment des uniformes complets, pantalons, culottes, pantacourts, bérets, casquettes, chaussures de combats.

Le plus désolant est que certaines personnes affublées de ces uniformes se passent pour les militaires et agressent des citoyens. Ce qui a aussi provoqué l’ire de Joseph Beti Assomo .

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here