Ancienne route Oyom-Abang : une négligence qui rend la vie dure aux usagers.

0
20

Carrefour Oyom-Abang ancienne route, Montée Emma Basile est depuis 2019 dans un état piteux et abandonné à elle-même. Une situation qui met en mal les populations et crée de nombreux problèmes de circulation pour les transporteurs.

- Publicité -

Crevasses, nid de poule, boue, eaux souillées, poussière et bordée de verdure ou de poubelles, est l’état du carrefour Oyom-abang. Une situation qui semble ne pas déranger les autorités en charge de cette commune et les autorités en charge de l’aménagement et de l’urbanisation.
Bien qu’ayant entamé plusieurs fois un semblant de réhabilitation, cet axe reste, à ce jour dégradé. En effet, en saison de pluies, la route est presque impraticable que ce soit à moto ou en voitures. Car, elle est objet de glissements dangereux qui donnent lieu parfois à des accidents. En saison sèche, la poussière maquille les maisons situées en bordure.

Transporteurs


« Nous avons tant entendu que cette route sera aménagée. Des travaux ont débuté en 2019 sans suite. Des engins ont été abandonnés sur cette route pendant pratiquement 2 ans, les pavés ont été déposé pour réhabilité cette route, mais n’existent plus. Seuls les dépôts de boue, de sables et d’ordures retirés dans les rigoles et marécages tiennent lieu de décores. Le gouvernement a fait un plan de réaménagement en 2021 en citant cette route, celle de Nkolmesseng, celle de Nkolbisson et bien d’autres, à l’heure actuelle rien rien n’a été entrepris », déclare un chauffeur de taxi.
« Nos routes sont faites de ciment, sans trottoirs, étroits et pas de rigoles. Nous vivons le calvaire. Mais tous les jours nous transporteurs, payons des taxes. Où vont ces taxes ? Dans les constructions de villas et le confort des familles qui nous administrent », déclare en 2020 Barthélémy Obam, chauffeur de taxi.

Les autorités pointés


« Les autorités qui vivent dans le mensonge et les paroles mielleuses ne cessent de faire semblant de compatir en bloquant les routes pour réparation. Mais dès que l’accès est autorisé, on remarque que rien n’a été fait sur ces routes qui semblaient être en chantier. Pourquoi tout cela ? », Jean-René Ondoua, transporteur. Et effectivement, le carrefour Oyom-Abang n’est pas en reste. Le chantier qui a été lancé pour le réaménagement de cet axe traîne depuis et empêche la fluidité de la circulation. Pour certains, « si rien n’est fait ces prochains mois le carrefour sera impraticable et une fois de plus cette partie de la capitale causera un autre problème d’embouteillage ». « A quand le changement ? Que notre pays change et que chacun puisse enfin assumer la tâche qui lui incombe. Car il n’existe plus de bonnes routes goudronnées au Cameroun, elles sont au contraire boudronnées », ajoute un usager.

15 ans d’histoire
En fait, goudronnée depuis 2007, la route du Camp Sonel Oyom-abang s’est dégradée au fil des années, et a même fait objet de conflits entre Luc Assamba et Augustin Tamba, respectivement ex-maire du 2e arrondissement et maire du 7e arrondissement. Un tronçon qui n’est pas sans rappeler celui de Nkolmesseng, situé dans l’arrondissement de Yaoundé 5, dont les travaux démarrés en avril 2020.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.