42ème Conférence de la FAO : Le Cameroun sous le feu des projecteurs

0
48

Le pays à travers le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural Gabriel Mbairobe a assuré la vice-présidence du conclave et dirigé les sessions du 17 juin dernier.


Les ministres des 194 Etats membres de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) ont participé du 14 au 18 juin 2021, à la 42e session de sa Conférence biannuel. Les travaux qui se sont tenus en présentiel à Rome (Italie) et par visioconférence étaient placés sous la vice-présidence du Cameroun. Le pays à travers le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (Minader) dirigé les sessions du 17 juin consacrées à l’élection des membres du Conseil d’administration des zones et celle du président indépendant de la FAO, et l’adoption du budget de l’organisation. Une marque de reconnaissance pour le Cameroun. Mais surtout le fruit d’une diplomatie forte. «Le Cameroun a été élu comme vice-président et il dirige les sessions de ce jour (jeudi 17 juin, Ndlr.). Ceci témoigne de la diplomatie camerounaise impulsée par Son Excellence Paul Biya», a confié à la Crtv, le ministre Gabriel Mbairobe. «Dans ce genre de forum, a-t-il ajouté, il y a certains Etats qui viennent faire prévaloir des notions de droits et liberté qui interfèrent avec la Conférence. Mais nous avons recadré les choses en disant que c’est une Conférence apolitique. Il s’agit de nourrir les hommes, de lutter contre la faim et d’éradiquer la pauvreté». Le Minader en a profité pour donner la position du Cameroun par rapport au thème : «Passer de la stratégie à l’action». Selon Gabriel Mbaïrobe, la production agricole nationale est en exposée aujourd’hui à un problème d’augmentation démographique. «Les populations a-t-il confié à Cameroon Tribune, augmentent plus vite que la productivité agricole malgré tous les sustèmes innovants mis en place». Heureusement, des stratégies au plan national sont mises en œuvre pour notamment permettre la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques, aux crises naturelles telles que les oiseaux et les criquets migrateurs, aux crises sociales dans le NordOuest et le Sud-Ouest et qui ont pour corolaire le phénomène de déplacés internes qui augmente la démographie urbaine.

- Publicité -

Pourtant, au Cameroun comme dans plusieurs pays du monde, «malgré tous les efforts menés dans le domaine agronomique, de nombreuses personnes n’ont pas encore accès à la nourriture dont elles ont besoin, ni en quantité ni en qualité», et le nombre de personnes «exposées à un risque d’insécurité alimentaire aiguë s’est encore accru en 2020», a indiqué le Pape François lors de cette 42e Conférence de la FAO. Pour le souverain pontif, la crise mondiale déclenchée par le coronavirus est une occasion de changer certains modèles. Puisque ce tableau pourrait s’aggraver à l’avenir pour «des millions de personnes» en raison de la pandémie mais aussi «des conflits, des événements climatiques extrêmes, des crises économiques», le Pape souhaite que se lance rapidement «le développement d’une économie circulaire, qui garantit les ressources pour tous, y compris les générations futures, et favorise l’utilisation d’énergies renouvelables».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here