Crise : Comment les sécessionnistes ont coupé Bamenda du reste du pays

Des assaillants ont détruit la chaussée et cassé pas moins de cinq bus de la compagnie Amour Mezam express dans la nuit du 8 au 9 septembre.

0
805

La route coupée en deux à Akum, 10km de la ville de Bamenda, cinq bus de la compagnie Amour Mezam express détruits à l’aide d’un bulldozer. Et un mort : un conducteur de bus de la compagnie Moghamo express tué. C’est le bilan d’une attaque attribuée aux sécessionnistes qui sévissent dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest dans la nuit du 8 au 9 septembre 2018. « Les véhicules partis de Bamenda allaient en convoie vers l’Ouest, en direction de Douala et Yaoundé, arrivés à Akum, ils ont été stoppés par des hommes armés qui avaient déjà coupés la route et ont ordonné que tous les passagers descendent, puis se sont mis à détruire les bus d’Amour Mezam», rapporte une source ayant été informée par un proche qui se trouvait dans l’un des bus détruits. Uniquement les véhicules de ce transporteur, parmi tant d’autres. « On leur reproche de transporter les militaires qui viennent en mission là-bas », rapporte une source à Bamenda. La compagnie de Jean Ngoula est régulièrement la cible des séparatistes. Quant au mort, deux mobiles s’opposent. D’une part, il se dit qu’« il leur a parlé en français, ce qu’ils détestent », et d’autre part qu’« il n’a pas rapidement obtempéré à leurs injonctions ».

Ci-dessous quelques photos de l’incident

On apprend que les nouveaux maîtres de la route nationale Bafoussam-Bamenda ont ainsi tenu en respect les usagers de cette route pendant deux heures en détruisant leurs pièces d’identité, avant de s’en aller, détruisant la bulldozer qu’ils ont utilisée pour détruire les voiture. Sans que les forces de défense et de sécurité n’arrivent. La circulation n’a été rétablie que dans l’après-midi sur cette route très sollicitée par les transporteurs.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here