Vie chère : le Gicam exige un plan gouvernemental anti-inflation

0
113

Cet outil selon le patronat devrait permettre de sauvegarder le pouvoir d’achat des camerounais et éviter la faillite des entreprises dont les chiffres d’affaires ont déjà baissé de près de 3 000 milliards de F CFA du fait de la conjoncture actuelle.

- Publicité -

Il est temps d’agir, selon le patronat camerounais, afin de contenir la hausse généralisée des prix des produits sur le marché. Les entreprises camerounaises d’après les données du Gicam connaissent une baisse de leurs chiffres d’affaires de près de 3 mille milliards de FCFA. Cette situation engendrée par la pandémie avec la hausse des cours des matières premières et du fret maritime (plus de 200 milliards de surcoûts à l’importation à décembre 2021 dans 6 filières) est en train de s’aggraver avec la crise russo ukrainienne. La Russie et l’Ukraine étant deux poids lourds en matière d’exportation. Les denrées comme le blé risquent d’être en pénurie. Les prix du ciment, de l’huile de palme déjà à la hausse risquent de s’envoler, et même les produits vivriers du fait de l’augmentation des cours d’engrais. Plus qu’une inflation, le Gicam alerte sur une « stagflation» c’est-à-dire une hausse des prix et l’absence de croissance. Il recommande donc au gouvernement de mettre urgemment en place un plan gouvernemental anti inflation. Ce plan aura trois objectifs. Sauvegarder le pouvoir d’achat des populations ; éviter les faillites d’entreprises et préserver les marges budgétaires de l’Etat. Dans le détail, ledit plan devra comprendre un mécanisme d’information systématique de l’opinion sur l’évolution des prix et de la situation économique. Il devra aussi définir des mesures urgentes, à caractère économique, fiscal et social ainsi que des mesures structurelles à moyen terme dont les réformes structurelles convenues avec le FMI. Parmi les mesures urgentes à prendre, le Gicam suggère entre autres d’optimiser le système de contrôle des prix, d’apporter un soutien à la trésorerie des entreprises, et de lever certaines contraintes opérationnelles sur les entreprises. Il s’agit notamment de la pause dans les contrôles fiscaux et la suspension provisoire, pour les produits sensibles, de l’application du décret de mai 2021 portant extension du PECAE à l’ensemble des produits importés au Cameroun.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.