Cameroun-Brésil: La recette victorieuse pour les Lions

Enjeu d’une rencontre de gala a priori, mais qui s’annonce disputée entre deux adversaires qui se respectent.

Pour le compte de la dernière journée du groupe G, le Cameroun sera opposé au Brésil. Un match a priori plié, tant la Seleçao est plus cotée à la bourse des valeurs de la Fifa que le Cameroun, et en plus, est déjà qualifié et joue presqu’un match de gala. Pour autant, Tite, le sélectionneur du Brésil, qui annonce vouloir faire tourner son effectif, compte « aligner des joueurs pour gagner ». Rigobert Song en est conscient : « comme le Brésil, tout pays est arrivé ici avec un effectif pour jouer. Donc que ce soit l’équipe qui joue tous les jours ne veut pas dire que ceux qui sont venus pour être sur le banc n’ont pas la capacité ou l’opportunité de pouvoir s’exprimer », rappelle le sélectionneur manager des Lions indomptables. Si Tite redoute le Cameroun pour la « vitesse » de ses joueurs et « leurs compétences techniques », il sait que « ce sera un match très difficile ». En revanche, le technicien brésilien qui a déjà composté son ticket pour le second tour, n’entend pas céder un seul des neuf points qu’il a à conquérir au premier tour. Et les Lions indomptables sont conscients de la rage de vaincre des Brésiliens. Déjà, Neymar Junior qui s’est blessé au premier match contre la Serbie et qu’on annonçait de retour seulement en 8ème de finale en cas de qualification, a peut-être plus vite quitté l’infirmerie, et pourrait éventuellement rentrer en cours de jeu; pour tenter de se rattraper. Le doyen Dani Alves est annoncé dans la liste face au Cameroun. L’homme de 39 ans veut terminer sa carrière internationale, et notamment sa dernière Coupe du monde en beauté et pourrait essayer de laisser des traces indélébiles contre tout adversaire qu’il aura l’occasion de rencontrer dans ce Mondial. « Honnêtement, le Brésil, je ne vous apprends pas l’équipe qu’il est », admet Franck Zambo Anguissa. Même chanson chez Nouhou Tolo : « C’est vrai que c’est le Brésil, mais il ne faut pas avoir peur. Je pense que nous tous nous jouons au foot, chaque humain a deux pieds. C’est vrai que sur le papier ils ont de très bons joueurs, des joueurs de très haut niveau, mais nous aussi nous ne nous sous-estimons pas », embraie le défenseur. Et Zambo Anguissa se tient déjà prêt pour le défi : « on fait ce métier pour vivre ce genre de match, ce genre d’émotion », clame-t-il.

- Publicité -

Rigobert Song, lui, ne veut pas se laisser distraire : « Nous n’allons pas dans le sens de voir comment ils vont se comporter, mais comment nous on va se comporter. C’est vrai qu’ils ont une avance d’être qualifiés, mais on ne veut pas trop avoir une pensée sur comment ils vont venir : peut-être que ce ne sera pas l’équipe qui est probable, ils feront peut-être un changement. Mais je ne veux pas à savoir ce qu’ils vont faire, mais ce que nous devons faire, comment nous devons nous comporter ». Les joueurs l’ont également compris : « L’essentiel c’est de gagner notre match », a intériorisé Franck Zambo Anguissa. Pour le Napolitain, la recette consiste en « ne pas penser à ce que feront les autres, donner le meilleur de nous pour qu’au final le Cameroun sorte avec trois points et à la fin, on fera les comptes. Si tu vas jouer un match en disant, ‘’si les autres font ça’’, avec des si on refait le monde ». Alors, « on sera concentrés sur nous. Nous sommes 26 guerriers plus notre staff pour aller à la bataille, au combat, parce que ça va être un match hyper difficile où on annonce le Brésil favori. A nous de déjouer les pronostics et montrer qu’on a une belle équipe ».

Assurance

De quoi rassurer le sélectionneur des Lions indomptables : « Je sais que mes joueurs sont capables de le faire s’ils mettent tout juste de petits points qui font partie du jeu, sur le plan de la concentration, sur le plan de la détermination, de l’engagement. Et ils les ont dans l’ensemble », est-il convaincu. « Mais on peut parfois perdre un peu de concentration et au haut niveau, quand on perd la concentration, on peut être victime de ce qui peut arriver. On doit garder la concentration du début à la fin du match », sait-il a priori. « Ne jamais baisser les bras, ne jamais lâcher. Il faut absolument gagner il ne faut pas s’affoler », ajoute Nouhou Tolo. En passant, « on va corriger les erreurs qu’on a pu faire, être très disciplinés, avoir cette détermination et cet engagement qui va nous permettre de pouvoir avoir cette qualification », promet le sélectionneur.

Si le Brésil es un géant sur la planète football, avec déjà cinq titres de Coupe du monde, il reste un adversaire connu du Cameroun qui lui a déjà fait respecter son qualificatif ‘’indomptable’’. En cinq rencontres entre les deux pays, le Brésil a certes été plus fort, et notamment en Coupe du monde (3-0 en 1994, 1-0 en 2002 et 3-1 en 2014), mais pour le reste, c’est le Cameroun qui s’en est sorti victorieux : 1-0 à la Coupe des confédérations 2003 et surtout lors des jeux olympiques 2000. Rigobert Song qui a été de l’expédition 1994 aux États-Unis, le sait très bien, mais se refuse à l’endormissement : « C’est bien de savoir que le Cameroun a déjà gagné le Brésil, mais il ne faudrait pas que ça nous endorme », est-il prévenu. « C’est une belle équipe, nous avons beaucoup de respect pour elle, mais au football, il y a aussi des réalités. Tout est possible au football. C’est pour ça que je reste convaincu que nous pouvons les gagner. En Coupe des confédérations, on n’y croyait pas, mais quelque chose est arrivé. Ça m’encourage ; c’est un signe de motivation pour faire comprendre que tout est possible », optimise le patron de l’encadrement technique des Lions indomptables. Entrevoyant « un match d’une grande dimension ». A cet effet, « on va manger avec, on va dormir avec. On l’a déjà fait et on peut le faire », se bombe-t-il.

Source: La Nouvelle Expression

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.