Budget 2023 : les mesures de soutien au « Made in Cameroon ».

Le gouvernement prévoit de surtaxer certaines marchandises dès l’année 2023, dans l’optique de limiter les importations de biens pouvant être produits localement.

- Publicité -

Mettre de la levure pour ne pas faire retomber la « pâte » du Made in Cameroon. Alors que l’industrie camerounaise souffre des effets de la crise inflationniste actuelle comme celles d’autres pays du monde, le gouvernement a prévu pour l’exercice 2023 un cocktail de mesures visant à soutenir à court, moyen et long termes la production et la consommation locales. L’objectif de cette stratégie détaillée le 27 octobre dernier en conseil de cabinet par le ministre des Finances tient en une phrase : « amener les Camerounaises à produire davantage ce qu’ils consomment et consommer davantage ce qu’ils produisent ».

Décourager les importations

A ce titre, le gouvernement a inscrit dans le projet de loi de finances de l’exercice 2023, un ensemble de me sures visant à surtaxer les importations de certains biens et marchandises pouvant être produits localement. Ces me sures ont été présentées par le ministre des Finances Louis Paul Motaze, lors du Conseil de cabinet du 27 octobre 2022. Si le document qui sera soumis au Parlement à la session de ce mois de no

de 12,5 % pour les importations de viandes et abats comestibles d’ani maux, des espèces bovine, caprine, ovine et de volailles, et aussi du beurre de cacao. De même, le gouvernement a entrepris de porter le droit d’accises à un taux général de 25% pour les importations de meubles et ouvrages en bois, cure-dents, fleurs naturelles et artificielles. Logique ; puisqu’au premier trimestre 2020, le Cameroun a dé pensé 190,6 milliards de francs CFA pour importer plus d’1 million de tonnes de biens de ce type parmi lesquels les meubles en bois (plus de 2.000 tonnes) qui ont représenté 1,4 milliard de F CFA, contre 7,8 milliards de F CFA pour le papier et les cartons, etc.

Appuis financiers

Sous un tout autre angle, la politique gouvernementale en matière de pro motion du Made in Cameroon consiste à appuyer financièrement les petits producteurs. Un dispositif qui permet justement de protéger les acteurs œuvrant dans des secteurs dits stratégiques de l’économie camerounaise. C’est dans ce cadre que l’Etat a décroché en juillet 2022, un financement d’urgence d’un montant de 42 milliards de F CFA auprès de la Banque Africaine de Développement (BAD). L’ensemble de cet appui financier est destiné aux agriculteurs. Autre appui, autres fonds. Le gouvernement va bientôt mettre une ligne de financement de 4 milliards de francs CFA en faveur des Petites et Moyennes Entreprises Agricoles et Agroalimentaires (Pmeaa). Ces fonds sont destinés au financement de l’industrialisation des produits agricoles et agroalimentaires locaux. Des appuis de ce genre, il y en a plein. Et ils portent progressivement des fruits. A ce jour, l’on dénombre une trentaine de magasins labélisés « Made in Cameroon » dans plusieurs villes du pays. Les produits locaux se vendent dans les grandes surfaces. Épices, fruits et légumes séchés, huiles végétales, pois sons d’eau douce, savon, jus de fruits… garnissent les rayons. Ce qui fait dire à de nombreux chefs d’entreprises et autres producteurs, que « le Made in Cameroon a un bel avenir devant lui ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.