Yaoundé : Des militantes du Mrc interpellées

0
399
Punis pour avoir nettoyé sans autorisation

Il est reproché à ces dames d’avoir nettoyé le marché Mokolo « sans autorisation ».
La vingtaine de femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) a à peine fait une cinquantaine de mètres de balayage, qu’une équipe de policiers est intervenue pour les interrompre. Et pas que. Les « volontaires » du parti de Maurice Kamto, ont alors été embarquées, direction le commissariat de sécurité publique du 2ème arrondissement, sis en plein cœur du marché Mokolo. “Elles disposaient de pelles, râteaux, balais, brouettes, sacs à poubelles et on les a ramassées avec ce matériel », commente un témoin. Le commerçant qui « n’y trouve rien de mauvais, puisqu’elles font un travail qui n’a rien à voir avec les manifestations de contestation ».

Rien n’y fait. Selon Arnaud Manga Kede, secrétaire de la fédération départementale départementale de Yaoundé IV du Mrc, « il leur est reproché de n’avoir pas eu l’autorisation d’effectuer cette activité, c’est-à-dire d’effectuer l’investissement humain en plein marché car pour les autorités de police, il leur fallait une autorisation, soit de la communauté urbaine, soit de la Sous-préfecture ». Indiquant que cet investissement humain fait partie de « l’opération je montre de quoi je suis capable ; je sais ce que je vaux », lancé par le parti d’opposition, dans le cadre de la célébration de la semaine internationale de la femme. Sous la coordination de Tiriane Noah, sa vice-présidente. Avec au menu, pour ce qui est de Yaoundé, outre ce nettoyage, un séminaire de formation aux petits métiers, tels que la fabrication de savon en liquide, de l’eau de javel, la teinture de tissus, ainsi que des tables-rondes, etc. des activités auxquelles le Mrc a convié des femmes au-delà de sa formation politique.

L’autorité s’y est interposée, au prétexte que le Mrc n’a pas obtenu l’autorisation de manifestation. Le parti n’entend pas baisser les bras. « Nous comptons poursuivre nos activités car il s’agit simplement de célébrer la femme à la manière du Mrc », assure Arnaud Manga Kede. Entre temps, les militantes et sympathisantes du Mrc ont été libérées, sans que la menace de leur arrestation ne soit dissipée. Le parti ne compte pas les laisser repartir au commissariat sans leurs avocats.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here