Vœux de nouvel an: Ce que Cabral et Kamto ont dit aux Camerounais

Dans leurs discours respectifs, les deux hommes ont délivré des messages empreint de critiques, avant de se désolidariser sur d’autres questions.

0
618

14 minutes 14 secondes pour Cabral Libii et 35 minutes 50 secondes pour Maurice Kamto, c’est le temps exact qu’auront duré les adresses à la nation des principaux opposants politiques. Si les deux hommes ont fait à l’occasion une teinture assez négative de certains points de la vie de la nation, ils n’ont pas partagé le même avais sur d’autres.
Sur le plan socio-économique
C’est un sujet qui est revenu dans le discours des deux hommes. Le leader du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale Cabral Libii, estime que la croissance de 4.3% atteinte par le Cameroun en 2019 est positive, mais faible « en comparaisons aux pays de même catégorie ». A côté d’une croissance qui piétine, il constate que « la pauvreté évolue à une vitesse éclaire ». L’homme politique note que depuis 2012, la pauvreté a augmenté de 12% et qu’à ce jour, le pays compte 8.2 millions de pauvres. Il estime que « l’avenir du Cameroun n’augure pas des lendemains meilleurs notamment dans les zones dites sinistrés où l’économie sera plombée pendant de nombreuses années encore ».
C’est l’un des points sur lesquels Maurice Kamto a été le plus acerbe. Dans son discours, le leader du MRC a estimé « que le Cameroun est en ruine économique et sociale. Une carence d’objectif et d’indicateurs d’évaluation et de contrôle des performances ». Il reste convaincu que tous les Camerounais « ont le droit de mener une vie qui leur donne satisfaction grâce à un travail à la mesure de leur talent. Ils ont le droit d’accéder à un logement décent ».
La politique
Un autre point de vue qu’ont partagé Maurice Kamto et Cabral Libii dans leur discours respectif est celui sur la modification du Code électoral qui s’est malheureusement buté à la désapprobation du pouvoir en place. A côté de cela, le leader du mouvement 11 millions de citoyen a noté que le Cameroun a traversé une crise post-électorale qui n’a pas malheureusement pas permis de tirer des leçons. Au sujet de cette crise post-électorale, son rival du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a fait savoir qu’il n’est pas prêt à lâcher son mouvement de revendication de « sa victoire à la présidentielle »
Les élections
C’est l’un des sujets sur lesquels Maurice Kamto et Cabral Libii n’ont pas partagé la même vision des choses. Fidèle au son mouvement de boycott des élections, le président National du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a réitéré à ses militants de ne pas aller aux élections prévues le 09 février prochains. Maurice Kamto croit dur comme fer que « la convocation du corps électoral pour le double scrutin du 09 février prochain est un défi lancé au le peuple camerounais. Elle constitue un déni à assumer les graves crises que connais le Cameroun ».
A l’opposé de son rival, le leader du Pcrn a invité ses camarades à rester concentrer sur leurs objectifs et à prendre part au double scrutin municipal et législatif du 09 février prochain. Pour lui le fait de participer à cette élection est la première victoire de son parti.

Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here