Tribunal criminel spécial : André Noël Essian happé par l’Epervier

Le maire de Sangmélima a été incarcéré ce jeudi soir.

0
1136

André Noël Essian a passé sa première nuit dans une cellule de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui. Après avoir épuisé une journée du jeudi 26 juillet 2018 au Tribunal criminel spécial (Tcs). Rien ne filtre encore des auditions ; mais l’élu municipal avait quelques ennuis avec sa gestion des affaires de la municipalité chef-lieu du département d’origine du président de la République.  Du coup, son incarcération devrait avoir un lien avec l’Opération Epervier.

Il y a deux ans, le préfet du Dja et Lobo était limogé le 29 septembre par le président de la République depuis son séjour suisse. Peu avant, Bernard Marie Mbah était entré en rébellion contre les autorités de la ville chef-lieu du département d’origine de Paul Biya. S’insurgeant contre l’insubordination des autorités administratives sous sa tutelle. André Noël Essian qu’on n’avait pas beaucoup entendu dans cette crise, n’était tout de même pas en odeur de sainteté avec le préfet. Lui qui avait dénoncé la gestion du maire de la commune, évoquant des écarts notamment dans le domaine de la gestion du parc automobile municipal.

La gestion d’André Noël Essian avait été scrutée au Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) depuis 2013. Puis le juge d’instruction s’en était saisi, après que la Commission de discipline budgétaire du Consupe ait constaté des fautes. C’est la suite de ce dossier qui a valu au premier magistrat de la ville de Sangmélima une convocation ce 26 juillet pour un complément d’enquête. Le maire ne retournera plus chez lui. Après avoir été retenu dans une cellule du Tcs, André Noël Essiane a été déféré à la prison centrale de Kondengui dans la nuit.
Mais des proches du maire en difficulté voient en cette « chute » l’issue d’une guerre de leadership entre des factions du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) dans le Dja et Lobo. Guerre qui s’est souvent déroulée sous le couvert du conflit entre l’ancien préfet Bernard Marie Mbah et le non moins président de la section Rdpc de Dja et Lobo 1, André Noël Essian. La tutelle administrative à qui certains ont reproché son « manque de loyalisme » envers le chef de l’Etat. Mais ne tombant, l’ancien préfet aurait promis à son adversaire qu’il ne pourra pas échapper à la justice, apprend-on d’une source originaire du coin.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here