Transport aérien: l’Autorité aéronautique veut sécuriser les aéroports

L’entreprise vient à cet effet de lancer un avis de sollicitation des manifestations d’intérêt.

0
2212
Directeur Général de l'Autorité Aéronautique

«Réaliser l’étude, le contrôle et la surveillance de la fourniture, l’installation et la mise en service d’un système de vidéo surveillance et d’éclairage des aires de mouvement et de la clôture dans les aéroports internationaux de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua Salak ». Tel est le libellé de l’avis de sollicitation des manifestations d’intérêt que vient de lancer le directeur général de l’Autorité Aéronautique. Selon la note signée par Paule Avomo Assoumou, les travaux à réaliser sont repartis en deux phases. La première porte sur la mission d’études. Elle consiste à faire l’état des lieux, identifier les faiblesses en termes de sureté, analyser et proposer des solutions techniques. Concrètement, il est question de procéder à la surveillance de toutes les zones de manœuvre des aéronefs et des voies y donnant accès, de veiller à la surveillance complète de la piste ainsi que de la clôture de sureté de l’aéroport. Sur ce dernier aspect précisément, le prestataire devra s’atteler à ce que l’éclairage de la clôture puisse permettre d’optimiser la prise de vue nocturne des caméras de surveillance. Il s’agira également de la surveillance de tous les espaces à accès réglementés de l’aérogare passager côté ville et côté piste, et des abords de l’aérogare passager côté ville avec des possibilités de prise de vue du parking payant public. Pour ce qui est de la deuxième phase relative au contrôle et surveillance des travaux, cette mission qui commence, peut-on lire dans la note, par la notification du marché à l’entreprise chargée de la fourniture et de l’installation des équipements, consiste à assister l’ingénieur du marché et la maître d’ouvrage en ce qui concerne : « la validation de la qualité du matériel et sa conformité par rapport aux spécifications techniques du marché et à l’offre de l’entreprise, le contrôle de l’effectivité et la qualité des travaux, etc ».

Comment ces travaux seront-ils financés ?

La note signée par le directeur général de l’Autorité Aéronautique précise que le financement se fera sur la base des ressources mis à la disposition du Cameroun par la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (Bird). Notamment « une partie du montant de ce crédit pour effectuer les payements ». Selon des experts du secteur, ces travaux s’inscrivent dans la dynamique de la poursuite de la modernisation des aéroports du Cameroun, de manière à les mettre aux normes et standards internationaux. Notons que récemment, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (Oaci) a dit du Cameroun qu’il était « une destination fiable et fréquentable ». Et ce, à l’issue de la mission d’audit conduite par les experts de l’Oaci. L’étude menée portait effectivement sur la mise en œuvre des dispositions sécuritaires dans les aéroports du Cameroun. Au moment où les experts donnaient cet avis sur le Cameroun, le directeur général de l’Autorité Aéronautique affirmait que « le Cameroun à un taux de conformité de 70,69 % aux normes de l’Oaci ». De source interne à l’entreprise, cette kyrielle de mesures est aussi prise en prélude à l’organisation par le Cameroun de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here