Subvention de l’Etat : La dernière balle du général Semengue

0
552
Pierre Semengue

Subvention de l’Etat : La dernière balle du général Semengue
Le président de la Ligue mise désormais sur l’absence de comptes d’exploitations pour ramener les présidents de clubs dans son camp.
Dans des courriers adressés aux présidents de clubs des championnats professionnels, le président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) exige des « justificatifs de dépenses des subventions reçues de l’Etat », ainsi libellé à l’objet. Avec la mention « première et dernière relance». La requête ayant été servie le 5 octobre dernier. Le général Pierre Semengue avait donné 72h aux présidents de clubs pour fournir ces justificatifs, à la suite d’une lettre du ministre des Finances qui l’interpellait sur l’objet de la requête. A ce jour, aucune réaction enregistrée. « Le délai de 72h à vous imparti pour la production desdits documents étant largement dépassé, j’ai l’honneur de vous inviter à nouveau, à produire lesdits justificatifs au plus tard le mardi 20 octobre 2020», essaie-t-il encore de relancer ses membres. Non sans leur rappeler que « le renouvellement du versement de la subvention étatique est conditionné par la production desdits justificatifs».

Une vieille rengaine que l’homme agite très souvent lorsqu’il se sent attaqué ou affaibli dans l’éternelle guerre qu’il livre avec les membres de la LFPC. Cette fois-ci, Pierre Semengue qui sent les choses se compliquer davantage, a pris soin de mettre en copie non seulement le ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep) et le ministère des Finances (MINFI), mais aussi le Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe). Une invitation sibylline adressée aux gendarmes de fonds publics, pour qu’ils s’intéressent à ses adversaires internes à la Ligue. Eux qui, de sources sûres, n’ont jamais rendu compte de la gestion des subventions de l’Etat aux clubs professionnels, depuis sept ans. De l’argent destiné dès le départ, à soutenir les salaires des joueurs. Il s’avère que cet appui qui devrait être de 100.000F pour un joueur de 1ère division et 50.000F pour celui de 2ème division s’est révélé être finalement le salaire même du joueur. Salaire payé avec retard, et pourtant l’Etat a toujours reversé sa quote-part dans le financement du football professionnel.

Soupçons de détournement de deniers publics

L’année dernière, le Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc) a saisi la Fédération internationale de football association (FIFA) pour exiger le paiement d’arriérés de salaires des joueurs. Dans l’enquête, le Synafoc faisait état de certains clubs dont les joueurs n’ont reçu aucun salaire. Aucune saison sportive ne s’est jamais terminée sans des bruits de bottes dans des clubs, au motif d’arriérés de salaire. En clair, la subvention de l’Etat n’a pas toujours servi la cause prévue par l’Etat.

Une arme de poids pour le président de la Ligue sous la menace d’un limogeage par certains membres de la Ligue. Lesquels projettent une assemblée générale extraordinaire pour le 29 octobre prochain. Occasion au cours de laquelle ils comptent démettre Pierre Semengue. Ce dernier annonce la sienne pour le 6 décembre, pour élire de nouveaux membres du Conseil d’administration, en remplacement des démissionnaires. Le Minsep n’a pas encore réagi à cet autre développement. Narcisse Mouelle Kombi qui a créé un Groupe de travail devant permettre une application « pacifique » de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) réhabilitant la Ligue que la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) avait suspendue en août 2019, ne devrait pas intervenir dans cette autre querelle interne à la Ligue. Il n’en est pas coutumier. La tutelle des sports a déjà prescrit la relance des championnats professionnels, en perspective du CHAN que le Cameroun abrite en janvier prochain. Mais il semble que la préoccupation de l’Etat n’est pas le premier souci des clubs. Pierre Semengue a programmé le démarrage de la saison pour le 31 octobre. Il a invité les clubs à procéder aux formalités d’engagement pour la nouvelle saison. Ces derniers n’ont pas pour certains, l’intention de s’y mettre avant d’avoir vu la fin de la guerre LFPC-Fécafoot qui devrait indiquer l’organisateur du championnat.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.