Souvenirs : quand Manu racontait les grands moments de sa vie

0
224

Sa vie est un grand livre d’histoire. Et pourtant, l’immense chanteur et saxophoniste camerounais, se souvient de 5 grands moments en particulier. C’était sur un plateau de Rfi.  

1949 : son arrivée en France

« C’est des grands moments quand même. Parce que, sur le moment on ne se rend pas compte bien entendu. C’est le facteur temps qui donne de l’importance, de la signification des choses. On arrive à 15 ans, on découvre un autre monde. Il n’y avait pas encore de transport aérien entre l’Afrique et la France, donc ça se faisait par paquebot. De Douala à Marseille, 21 jours ! En fait quelque part, c’est un voyage initiatique. Quand vous partez de chez vous, les parents vous donnent quelque chose à donner à votre correspondant. Et comme le café était une denrée très rare, ça faisait plaisir à ceux qui me recevaient d’avoir du café à torréfier, l’odeur du café dans le quartier c’était quelque chose. Ce qui est amusant dans l’affaire, c’est que ces 3 kilos de café permettaient de payer un mois de pension. Combien valent 3 kilos de café aujourd’hui ? ».

1960 : indépendances africaines

« “Indépendance cha cha”, c’était très important parce que c’est au moment de la table ronde à Bruxelles que Patrice Lumumba a amené dans ses valises l’orchestre L’African Jazz avec notamment Joseph Kabasélé. C’était la première fois qu’un orchestre africain venait en Europe enregistrer dans des conditions techniques du moment, par rapport aux enregistrements qu’on pouvait avoir en Afrique à cette époque-là. La deuxième chose c’est que Kabasélé a composé un morceau qui est pratiquement devenu l’hymne des indépendances : “Indépendance cha cha”, qui était une espèce de journal parce qu’il cite tous les participants de la table ronde. Des gens comme les Albert Kalonji et il y avait Lumumba qui a amené une partie de la culture congolaise ».

1972 : Soul Makossa

« Il se trouve que pour la Coupe d’Afrique des Nations [1972], on avait lancé un appel d’offre pour faire un hymne. Il se trouve que c’est moi qui ait gagné cet appel d’offre. Il fallait faire un “45 tours”. J’ai fait l’hymne correctement comme il faut, les gens défilaient, les militaires pouvaient le joueur… Il fallait une face B et Soul Makossa était un morceau déjà composé. Et j’avais remarqué que quand je répétais ce morceau dans le quartier, les mômes rigolaient pour le jeu de mots : Mama ko mama sa maka makossa. Je me suis dis tiens, je vais mettre ces paroles dans la chanson. Les Afro-américains venaient à Paris parce que c’était l’époque de “Racines”. “I’m black and proud” etc. Ils cherchaient leurs racines et donc ils viennent à Paris chercher des disques africains. Tous les labels qui avaient des disques africains leur en ont donné, notamment le petit 45 tours. Voilà. And the winner is… Voilà l’aventure qui commence avec cette histoire-là et la vie change ».

1992 ; l’album Wakafrika

« J’étais avec Yves Bigot, directeur du label de la FNAC. On a eu l’idée de faire « We are the world » à notre manière. On a pensé à réunir tous les artistes africains pour faire un album de voyage. D’où “Waka” et ” Afrika” qui veut dire marcher. Aller du Sénégal jusqu’à Cape Town et prendre à chaque fois un artiste par pays, et surtout jouer les standards africains, pas ses propres morceaux. Youssou N’Dour a fait sa version de Soul Makossa, elle est unique ! Pour moi, ç’a été un moment très important parce qu’on a réussi à le faire ».

2019 : Safari symphonique

« Je fonctionne par projet, sinon aller au studio quand on a rien à dire c’est toujours dangereux. Il faut éviter de faire un disque de trop. Ce sont des projets qui sont très difficiles à monter. Il faut le temps, que les gens y croient… Finalement ça s’est fait, je me suis arrangé avec l’orchestre Lamoureux. Nous avons fait des concerts, le festival Jazz à Vienne avec l’orchestre national de Lyon. C’est un safari non pas pour aller voir des animaux, mais plutôt pour voir les do, ré, mi, fa, sol ! ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here