Sélection : Le ciel s’obscurcit sur la Chine et les paradis financiers

Pour le sélectionneur national, les joueurs évoluant en orient s’éloignent de la tanière.

0
595
Selon Seedorf, le football chinois n'est pas vendable

« Vous ne pouvez pas avoir 20 ans et prendre la direction de la Chine ». Clarence Seedorf est presque déçu, en parlant de Christian Bassogog. Le meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017 a quitté le Danemark pour Henan Jianye en Chine. Un choix que le nouveau sélectionneur ne comprend pas. Autant que bon nombre de joueurs qu’il n’a pas convoqués, et qui jouent actuellement dans d’autres paradis financiers d’Orient. « Je ne parle pas seulement de la Chine. Il y a beaucoup d’autres pays que certains joueurs choisissent pour les buts financiers », a-t-il souligné. Et 15 champions d’Afrique 2017 ont disparu de la liste. Autant que certains joueurs dont le talent a jusqu’ici forcé les portes d’une tanière à eux régulièrement fermée, comme les frères Matip, Jean Armel Kana-Biyik. En dehors de Nicolas Nkoulou que le nouveau sélectionneur a courtisé, et qui a maintenu sa position de mettre l’équipe nationale entre parenthèses, et Joël Matip aussi rencontré, mais qui n’a pas été convoqué, les autres ont été ignorés dans la première sélection de Seedorf. Ou encore Clinton Njie visiblement sous le coup d’une sanction officieuse de la part de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). L’attaquant a été pris en situation d’indiscipline lors du match amical de mars 2018. La demande d’explication servie par la Fédération, s’est retrouvée sur les réseaux sociaux. Et le joueur qui a usé de la loi du talion, risquait des représailles.

La démarche persuasive de Seedorf n’a été entreprise qu’en direction de ceux qui évoluent dans des championnats de renom. Et en Europe. « Les meilleurs joueurs, on sait où ils sont », tranche le sélectionneur. Avant d’indiquer que « tout le monde veut jouer et gagner la Champion’s league européenne ». Et les bannis, version Seedorf, sont tous dans des clubs et championnats asiatiques réputés être des paradis financiers. Benjamin Moukandjo et Christian Bassogog évoluent en Chine, Sébastien Siani aux Emirats arabes unis, Adolphe Teikeu en Arabie saoudite, etc. Et le nouvel eldorado du football oriental est un enfer pour les Lions indomptables post-Broos.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here