Seidou Mbombo Njoya : « sans le Covid-19, on serait prêt en 2021 »

Les assurances du président de la fédération camerounaise de football, au lendemain de l’annonce du report du CHAN et de la CAN respectivement prévus au Cameroun en 2021 et 2022.

0
301

Comment avez-vous accueilli la nouvelle du report à 2021 et 2022, du CHAN et de la CAN initialement prévus en 2020 et 2021 ?

J’ai vraiment apprécié le fait que la CAF ait décidé de reporter d’un an chacun, le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) et la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) initialement prévus en 2020 et 2021, en raison de la pandémie du coronavirus. C’est une excellence nouvelle pour nous. J’ai également apprécié le fait que le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (CAF) ait reconnu et félicité les efforts du gouvernement camerounais, résolument engagé dans les préparatifs liés à l’organisation de ces compétition. Nous remercions la CAF pour la confiance renouvelée au Cameroun. C’est une confiance totalement méritée pour notre pays, au regard des efforts incroyables qui ont été déployés par le gouvernement et l’ensemble des acteurs impliqués dans la préparation de ces compétitions. C’est l’occasion d’exprimer une fois encore au président de la République et à l’ensemble des pouvoirs publics, les remerciements de la Fécafoot pour les engagements tenus dans l’organisation des deux compétitions africaines. Je n’ai aucun doute que nous allons nous hisser à la hauteur du défi et le relever avec brio dans six mois pour le Chan et dans un an et demi pour la CAN.

A quoi faut-il s’attendre au niveau de la poursuite des travaux dans certains chantiers de la CAN ?

On fait tomber la pression ou on accélère plutôt la machine ? En réalité, il n’y a jamais eu de pression. Nous avons déjà des infrastructures disponibles. Nous avons dépassé les exigences de la CAF. Nous avons déjà 5 stades et il en faut 6. Il y a quelques petits recadrages à faire, mais qui ne sont pas de nature à remettre complètement en cause l’organisation de cette compétition. C’est impossible. Les Camerounais devraient être fiers aujourd’hui que cette compétition ne sera jamais annulée. On ne peut pas laisser un pays qui a investi autant dans les infrastructures. C’est important pour le football, pour le sport et pour la jeunesse. Le président de la CAF le sait et c’est pour cette raison qu’il a félicité notre gouvernement, pour les efforts consentis. Avoir deux grands stades de niveau international, des terrains d’entraînement disponibles dans chaque région du pays, c’est quelque chose d’exceptionnel. Il faut comprendre que nous devons être fiers parce que ces compétitions se dérouleront quel que soit le cas, au Cameroun. Le temps où on pouvait se poser des questions est révolu. Sans le Covid-19, on serait prêt en 2021. Le report nous donne juste l’opportunité de mieux se préparer encore.

Réalisée par Arthur Wandji

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.