Fecafoot: Seidou Mbombo Njoya, naturellement

Le candidat de la situation a raflé 46 voix sur les 66 possibles.

0
526
  • Seidou Mbombo Njoya est le nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). « L’homme de la situation » a récolté 46 voix sur les 66 qui ont pris part au vote. Une raclée réussie face à Joseph Antoine Bell qui s’est contenté de 17 voix. Les trois autres votes ont été favorables à Mongue Nyamsi. Hervé Tchinda et Emmanuel Maboang Kessak n’ont rien récolté. C’est le fruit de longues tractations qui ont abouti à deux démissions : Frack Happi s’est désisté au profit de Joseph Antoine Bell, pendant que Bison jetait l’éponge en appelant ses électeurs à voter pour Hervé Tchinda. Il semble qu’aucun électeur n’avait prévu de voter pour l’ancien joueur de l’Unisport du Haut-Nkam.

 

Les pronostics n’ont donc pas trompé. Celui qui était déjà présenté comme le « candidat naturel », parce que bénéficiant d’une proximité certaine avec le pilote de l’ombre, Samuel Eto’o Fils, ainsi que du clan resté majoritaire depuis l’arrivée des deux derniers comités de normalisation, n’a pas déçu ses partisans. A près de 60 ans, Seidou Nchouwat Mbombo Njoya prend les rênes d’une fédération minée par divers maux dont la malgouvernance, la corruption, les luttes de clans,… Toutes choses qui ont ramené le football au pays des Lions indomptables dans les salons et les tribunaux, plutôt que dans les arènes. De cela, le nouveau président est averti. Celui qui était déjà parvenu au poste après l’embastillement d’Iya Mohammed en 2013 en tant que premier vice-président, avant de céder sous la pression des contestataires, revient par la grande porte. « Mon âge et mon expérience font de moi l’homme de la situation », estime-t-il. Lui qui a roulé sa bosse dans les couloirs de la Confédération africaine de football (CAF) et de la fédération internationale de football association (Fifa). Aux côtés d’Issa Hayatou.

 

Après ce long apprentissage, l’homme va bientôt s’asseoir sur un siège occupé par son père Ibrahim Mbombo Njoya entre 1960 et 1964. Pour remonter le malade Fécafoot. Le fils du sultan Bamoun peut compter sur l’accompagnement de grosses pointures du football camerounais parmi lesquels Samuel Eto’o Fils et Gilbert KAdji, promoteur de la Kadji sport academy.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here