Révision constitutionnelle : le « Gré à Gré, inacceptable et irrecevable »

Coup de gueule par Saint Eloi Bidoung Militant Rdpc

0
770

« L’oiseau a vu le caillou ». Jamais au Cameroun, une révision constitution elle ou une modification de l’ordre protocolaire de l’E tat , n’auront suscité autant de débats , de polémiques de querelles ; créé autant d’émois , de frustration s , de bagarres . Que cache cette fièvre comparable à celle du covid 19 dont la température explose les th ermomètres politiques ?

La fièvre de la révision constitutionnelle .

Ils n’en mourront pas tous, mais tous Le s camerounais sont atteints de la fièvre de la succession de Paul Biya, dans les bars on suppute , dans les partis ,la tension monte d’un cran , on se surveille , dans l’ armée, on observe en guettant la moindre faille pour prendre l es responsabilités , dans les clan s , on scrute tous les gestes de potentiels concurent s Franckiste , ngongohistes, marafiste, sadiiste, motaziste, kamtoiste, Essoistes, Nguteistes, kabrilistes s’affrontent verbalement, « mbeuliquement » par réseaux interposé s .

Le Coronavirus , tueur à large spectre , est relégué au rang de grippe béni g ne de saison, par rapport au débat populaire sur une possible ou effective révision de la constitution.

Politiciens de tou s bord s , experts en ” coeurelogie ” , politicards de bas vol , intellectuels de haute et basse voltige des plateaux , sans oublier les aboyeurs publics de la diaspora.

Tout le monde grelotte de fièvre, pas celle du covid – 19. Mais du fait d e l’ annonce d’un projet de loi qui parle, pêle – mêle, d’une révision à la baisse de l’âge limite des candidats à une élec tion présidentielle au Cameroun ; qui pour rait être ramené à 65 ans (je vois déjà la charrette gouvernementale , remplie de recalés ), de la mise en place d’un poste de vice – président de la République , de la relecture de la durée et du nombre de mandats au palais .

J’entends des murmures, des allusions et des commérages sur l’état de santé et les capacités du Président de la République . Est – ce qui pourrait justifier une révision de la constitution de la République ? Je n e suis pas si sû r . Cest vrai que je n’ai p a s prticule de « Pr » ni « Dr » devant mon nom pour parler avec autorité , alors qui suis – je ? Peut – être un nouveau fou atteint de diarrhée verbale ou de constipation mentale qui s’interroge.

Dites – moi chers camarades, si l’ état de santé déclinant, une incapacité ré elle ou soupçonnée du chef de l’Etat actuelle pourront – ils justifier un débat si houleux, puis, plus tard justifier une révision effective de la constitution du ? T hat is the question

Pour moi, tout ceci ne pourrait être qu’une agitation de surface sournoise, dont je ne connais pas encore ni l’épicentre, ni l’amplitude ni les acteurs encore moins les objectifs secrets.

L’opportunité d’une révision constitutionnelle : un élément majeur

Une révision constitutionnelle est un grand moment de la vie politique, sociale et économique de la République , elle doit être motivée par une raison grave ayant un impa ct et un caractère aussi grave dans la vi e de la nation. Autant dire aux uns et aux autres, qu ’il ne s’agit pas d’ un jeu d e foire , de chahut politique. A moins que l’on m’impose ou, au moins, qu’on me présente les causes évidentes et fortement déterminantes qui peuvent justifier une révision de la constitution actuelle du Cameroun . Comme le souhaitait le Président Barack Oba ma : « des institutions fortes » . , Pauvre Saint Eloi Bidoung » , me dira – t – on « si on t’explique le Cameroun e t que tu l’as compris…c’est qu’on t’a ma expliqué » .

Selon certains illuminés, le chef de l’Etat, Paul Biya, serait très malade en son palais et on nous le cacherait. La rue publique en parle d’ailleurs , u n célèbre avocat au barreau du Cameroun, ancien bâtonnier connu pour ses effets de manches lors de la défense de s leaders de l’opposition et de la société civile, attirait encore l’atten tion en fin de semaine dernière, sur (selon lui) « l’état de santé de Paul Biya, de Chantal Biya et de …Brenda Biya » . Pauvre Franck Biya , Voilà toute sa famille décimée par la rumeur et Les réseaux sociaux .

L e débat e nfle , à savo ir : serait – il donc normal ou non, que l’aîné, l’héritier prenne les choses de la famille en main ? J’ai été offusqué ce week – end d’entendre une chose de la bouche d’une « créature » qui m’a fait froid au dos . Un membre influent de l’élite du pays organi sateur, tête pleine, les pieds sur terre et les mains chargées d’une fortune mal acquise ; nous vanter la paix et prospérité qui règne nt en République sœur et voisine de Guinée Equatoriale. Et pour cause : Téodorino, le fils aîné, est vice – président de la République, aux côtés de Teodoro, le père, président de la République depuis bientôt une quarantai ne d’années. Cette haute personnalité originaire du pays organisateur fait partie du club des « Franckistes », un cercle de dérangés et de flagorneurs qui manœuvrent les esprits tout aussi dérangés afin de les enrôler dans une accession au trône de Franck Biya par le biais du « Gré à Gré » .

Révision constitutionnelle : Quel électorat ?

Surtout pas le Congrès ou le passage en force, je vous en supplie. Le Congrès est constitué du Senat et de l’Assemblée nationale. Le Senat, avec 7 0 sénateurs plus ou moins élus et 3 0 nommés pa r le président de la République. Bien que dite chambre haute, elle n’est pas assez haute pour une opération de si haut vol et d’une telle gravité pour la vie de la nation. En ce qui concerne la chambre basse, les grabataires qui la composent ont encore de violentes querelles avec leurs propres consciences après les tripatouillages, les actes révoltants de corruption et de trafics d’influence qui ont permis leurs « élections » dans leurs circonscriptions de base.

A la voie populaire, on m’oppose ra la désintégration de l’Etat du Cameroun du fait de la crise dans la zone anglophone, les zones d’insécurité ailleurs dans la République « Boko haram au nord et sel é ka à l ’ est » , les frais exorbitants de l’organisation d’un référendum et les effets de la pandémie ravageuse du Coronavirus

Pour quoi d onc agiter le pays avec cette histoire de révision constitutionnelle ? Pourquoi sondent – ils nos réactions ?

Pourtant le vrai le débat porte sur une solution à la crise anglophone par la redistribution des cartes, ou à un nouveau dessin de la carte du Cameroun .

Vice – président : Vice ou sévices ?

Pour moi un poste de Vice – Président est un vice. Au moins un vice de forme, Puisqu’il en existe dé jà au moins un, très influent qui dicte sa loi dans l’appareil de l’Etat et dans la vie de la nation (suivez mon regard).

Sauf s’il s’agira de trancher entre les « Franckistes », partisans du fils aîné du père (du premier lit) et les « Ferdinandistes » adeptes très zélés , beau – frère du père (du deuxième l it). Et pour cela, chaque camp affute ses armes lourdes.

La vice – présidence , c’est sans doute aussi la présidence des sévices pour un pays croulant sous le poids d’une soixantaine de « sinistres » pardon que dis – je , de ministres au Gouvernement. Des gens vivant grâce aux impôts et taxes payé s par des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur contraints d’être vendeurs friperies , d’eau glacée ou moto taximen.

Pourtant Paul Biya a tranché le debat sur sa succésession dans une interview à France 24 en 2008 : « Dans une démocratie qui f onctionne bien le mot dauphin rai sonne mal .les camerounais sont assez mûrs et le moment venu, il y aura des candidats l ’ idée de préparer quelqu ’ un, c ’ est des méthodes proche s de la monarchie ou de l ’ oligarchie » .

Qu’il pl a ise au conseil constitutionnel de statuer en premier et dernier ressort en dé c larant la révision constitutionnelle « inacceptable et irrecevable » le droit sera dit.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.