Représailles : Atanga Nji destitue un chef traditionnel proche de Kamto

Le ministre de l’Administration territoriale a démis de ses fonctions Biloa Effa.

0
1400
Biloa Effa est un cacique du Mrc de Maurice Kamto

Sa Majesté Biloa Effa n’est plus chef traditionnel de 3ème degré de Messa Nkoba’a par Elig effa dans le 3ème arrondissement de Yaoundé. Ainsi en a décidé Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale. Au motif d’instigation et incitation à l’insurrection, insubordination et participation à une manifestation interdite ». Motifs qui semblent tirer leur origine aux événements post-présidentielle de 2018 qui ont vu Sa majesté Biloa Effa, conseiller du Pr Maurice Kamto, s’engager dans la contestation politique. Après avoir proclamé sa victoire au lendemain de cette élection, Maurice Kamto avait appelé aux marches blanches en contestation de la victoire attribuée à Paul Biya par le Conseil constitutionnel. Après huit mois passés derrière les barreaux, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) que dirige Maurice Kamto, a décidé de ne pas prendre part aux élections législatives et municipales du 9 février prochain, au motif du mauvais Code électoral et de la persistance de la guerre dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Paul Atanga Nji ne s’est pas encombré des textes en vigueur, notamment le décret du président de la République du 15 juillet 1977 portant organisation des chefferies traditionnelles, modifié et complété par le décret n°82/241 du 24 juin 1982. Le Minat a ainsi décidé en lieu et place du préfet qui est habilité à nommer les chefs de 3ème degré et dont la destitution incombe à « l’autorité compétente ».

Le Mrc dont la victime est un membre influent, n’a pas encore officiellement réagi à cette décision du Minat. Mais déjà, les premières contestations viennent de personnes originaires de l’ère Béti, qui condamnent l’intrusion politique dans la chose traditionnelle. Les prochains jours s’annoncent certainement animés. D’autant plus que l’homme que l’on sait très influent dans la capitale, a déjà été courtisé plusieurs fois par des pontes du régime pour rejoindre les rangs du parti au pouvoir. Mais l’opposant a jusqu’ici opposé une fin de non recevoir à cette main tendue.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.