Rapport de l’INS : ce que pense le Gicam

Au cours du Conseil d’administration tenu le 12 juin dernier, les membres de ce groupement patronal se sont réjouis du fait que les résultats obtenus par l’Institut National de la Statistique se rapprochent de ceux contenus dans leur rapport.

0
195
Rapport de l’INS : ce que pense le Gicam

Le récent rapport publié par l’Institut National de la Statistique (INS) était au centre des échanges des membres du Conseil d’administration du Groupement Inter Patronal du Cameroun (Gicam) le 12 juin dernier. Au cours des échanges, l’on apprend que les administrateurs et les présidents de commissions ont pris note de la publication par l’INS et le Système des Nations-Unies du rapport d’évaluation des effets socioéconomiques du coronavirus (covid-19) au Cameroun. Ces administrateurs n’ont pas fait que prendre note, ils ont relevé pour s’en féliciter, que « les résultats mis en évidence dans ce rapport confirment les évaluations livrées par l’enquête menée par le Gicam au mois d’avril sur l’impact de la crise Covid-19 sur les entreprises ». Bien plus, souligne le document produit à cet effet par le Gicam, les administrateurs ont souligné « la nécessité de mesures de sauvegarde et de relance pour contenir les dérapages et dysfonctionnements induits par la crise ». Ainsi, au cours de cette rencontre virtuelle des administrateurs du Gicam, ceux-ci ont, en guise de solutions, insisté « sur le patriotisme économique qui requiert des réformes plus volontaristes pour promouvoir le contenu local, construire des champions nationaux, développer l’économie circulaire et protéger l’industrie locale ». En effet, dans le rapport intitulé « évaluation des effets socio-économiques du coronavirus au Cameroun », l’INS a révélé plusieurs résultats portant sur l’impact de cette pandémie sur les entreprises. Ainsi a-t-on par exemple appris que cette enquête s’est déroulée auprès de 770 entreprises réparties sur l’ensemble du territoire national, dont près de la moitié dans les deux grandes métropoles du pays (Yaoundé et Douala). L’enquête soulignait par exemple que de manière générale neuf chefs entreprises sur dix (90 %) estiment être négativement impactées par la Covid19. Cette situation est pratiquement la même aussi bien dans le secteur formel qu’informel, et ceci quel que soit la taille de l’entreprise. De même, toutes les branches sont fortement impactées avec une incidence relativement moins importante en ce qui concerne les services de santé. En effet, 33,3 % des services de santé enquêtés estiment avoir observé une hausse de leur activité du fait de la Covid-19, écrit l’INS. Cette situation a notamment créé un dysfonctionnement dans la conduite des activités des entreprises, poursuit l’institut en charge de la gestion des statistiques au Cameroun. Dans le détail, l’INS précise que près de 80 % des chefs d’entreprises dans le secteur formel estiment connaître un ralentissement moyen ou important de leur activité. Dans le secteur informel, ce ralentissement concerne près de 82 % de chefs d’unité informelle. Par ailleurs, renchérir l’INS, des situations d’arrêt temporaire ou définitif des activités ont également été relevées. Elles concernent près de 13 % des entreprises du secteur informel et 15,7 % des entreprises du secteur formel, dont 5,4 % pour les grandes entreprises et 10,3 % pour les PME.

Par Junior Matock ( Défis Actuels 489)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.