Préfectorale : Paul Biya remanie les cartes

Le président de la République a nommé des responsables dans l’administration territoriale ce vendredi.

0
765
Paul Biya décide d'un deuil nationl

Après une longue attente, Paul Biya a fini par penser à la préfectorale. Dans un vaste mouvement effectué ce vendredi soir, le président de la République a procédé à des nominations à divers niveaux de fonctions dans la sphère supérieure de l’Administration territoriale. Dans l’ensemble, les mouvements en ce qui concerne les préfets, outre le département du Mfoundi, le Lom et Djerem, le Logone et Chari, le Mayo Kani, le Mayo Tsanaga, le mayo DanaÏ, la Mefou et Afamba, le Mbéré, les Bamboutos, le Koung-khi, la Mifi, le Ndé, le Noun, le Dja et lobo et l’Océan. D’abord dans les circonscriptions où il y avait un vide. Comme dans le Mfoundi. Dans la capitale, Emmanuel Mariel Djikdent remplace Jean Claude Tsila que la mort a emporté il y a quelques semaines. Celui qui était jusqu’ici préfet de la Mefou et Afamba, remplace un de ses anciens supérieurs à Yaoundé.

Certains retraités qui ont récemment bénéficié d’une rallonge après l’atteinte de l’âge de la retraite, ont été mutés. Il s’agit de François Etapa qui quitte le Ndé pour certainement terminer sa carrière à la tête des Bamboutos, et de Joseph Oum II qui quitte le Noun pour le Lom et Djerem. Ce dernier qui fait partie de ceux qui étaient en guerre ou en froid avec certaines forces vives de leurs localités de commandement. L’homme qui avait plusieurs fois mordu la poussière dans son conflit avec Tomaino Ndam Njoya, nouvelle mairesse de Foumban, rejoint un autre poste où son prédécesseur avait maille à partir avec les adversaires à l’exploitation anarchique des ressources naturelles. Yves Bertrand Awoufack qui a nourri une guerre contre les journalistes s’intéressant à l’exploitation des ressources minières et surtout au projet de création d’une unité forestière d’aménagement dans la localité de Bétaré Oya, trouve un nouveau poste dans l’Adamaoua. L’Océan voit le départ d’Antone Bissaga appelé à d’autres fonctions, remplacé par Nohou Bello.

Pour le reste, les textes de Paul Biya portaient également nominations de sous-préfets, de secrétaires généraux et d’inspecteurs des régions. Avec les mêmes objectifs que chez les sous-préfets, à savoir notamment le pourvoi aux vacances, et la mutation de certains qui avaient mis long à leurs postes. Après ce mouvement dans la préfectorale, Paul Biya est attendu au niveau des entreprises d’Etat et surtout du gouvernement. À la faveur des élections qui se sont tenues cette année, en l’occurrence les municipales et législatives de février et les régionales du 6 décembre. Causant des cumuls prohibés par la loi, mais surtout, des équilibres géopolitiques pour lesquelles Paul Biya tient souvent. Alors que certains ministres totalisent une quinzaine d’années aux mêmes postes. Le dernier remaniement ministériel date du 9 décembre 2018, au lendemain de l’élection présidentielle.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.