Paul Biya plaide pour une lutte intensive contre le terrorisme

Le président de la République invite les pays du bassin du lac Tchad à redoubler d’efforts pour éradiquer le terrorisme.

0
694

Le président de la République est déterminé à combattre le terrorisme. Il venait encore de le faire savoir lors de son discours au cours de la cérémonie des vœux au palais d’Etoudi. Répondant au doyen des membres du corps diplomatique qui avait pris la parole avant lui, Paul Biya a appelé les pays du bassin du lac Tchad à intensifier la lutte contre le terrorisme. « C’est l’occasion pour moi de lancer un appel fraternel à tous les pays du bassin du lac Tchad, affectés (par le terrorisme NDLR), afin qu’ils se remobilisent et redoublent d’efforts pour mettre définitivement ces terroristes hors d’état de nuire », a fermement lancé Paul Biya, devant un parterre de diplomates présents à la cérémonie. Pour le chef de l’Etat camerounais, « la décennie qui vient de s’achever tout comme l’année que nous venons de vivre ont été marquées par de grandes menaces sur la paix et la sécurité internationales. Face à d’énormes défis posés à l’humanité tout entière, et qui ont pour nom terrorisme, changements climatiques, mouvements migratoires, montée du populisme, etc., la communauté internationale a engagé de multiples efforts pour trouver des solutions. Mais, hélas, beaucoup reste à faire ». Paul Biya pense que le terrorisme s’est accentué ces dernières années, du fait d’un manque de solidarité à l’échelle internationale et craint que « ce fléau ne s’étende… en Afrique et particulièrement à la zone sahélienne où la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad sont déjà touchés ». Profitant de l’occasion, le chef de l’Etat a salué les pays qui mettent la main à la patte pour lutter contre le terrorisme. « C’est l’occasion pour moi de saluer les efforts des Etats du G5 Sahel qui déploient d’énormes efforts pour neutraliser les terroristes. Je rends également hommage à la France dont les contingents participent courageusement à la lutte contre les djihadistes dans le cadre de l’opération Barkhane », a-t-il déclaré. Tout en réaffirmant que : « le Cameroun, de son côté, conjugue ses efforts avec tous les pays voisins du bassin du lac Tchad et les partenaires internationaux de bonne volonté, pour neutraliser la capacité de nuisance de la secte Boko Haram ».
Appel à la solidarité internationale
Poursuivant son discours, le président de la République s’est montré préoccupé par les problèmes qui secouent le continent africain et n’a pas manqué d’appeler à la solidarité de la communauté internationale. Cette « solidarité est d’autant plus nécessaire que nos Etats en développement ont besoin de davantage de ressources financières pour construire des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires, énergétiques et industrielles pour leur développement. Ces réalisations favorisent la création de nombreux emplois susceptibles de détourner notre jeunesse de l’aventure vers d’autres continents, et de nous éviter le drame qui fait de la mer Méditerranée un grand cimetière hideux en ce début du 21ème siècle », a-t-il expliqué.
Plaidoyer pour une mondialisation plus humaine
Face aux problèmes que connait le monde, Paul Biya s’est voulu plus pragmatique. « Le monde peut-il continuer à évoluer dans un contexte de « guerre commerciale », de méfiance entre les Etats, d’incompréhension entre gouvernants et gouvernés ? », a-t-il demandé s’adressant à la communauté internationale. Répondant par la négative à sa propre question, Paul Biya a estimé « que seule une conférence internationale au plus haut niveau pourrait jeter les bases de « l’acte II de la mondialisation », selon les termes d’un éminent politologue, c’est-à-dire une mondialisation qui mette l’homme et son environnement au cœur de toute activité économique ».
Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here