Patriotisme : ce que Zoua a sacrifié pour le Cameroun

Avant d’intégrer l’équipe nationale locale du Cameroun il y a un mois, le champion d’Afrique 2017 avait plusieurs offres en Europe. Mais a choisi l’appel de son pays.

0
572

Le 16 janvier 2021, Jacques Zoua, 29 ans, est entré un peu plus dans l’histoire du football camerounais. Champion d’Afrique en 2017 avec les Lions Indomptables, l’ancien joueur du FC Viitorul est devenu le premier international sénior de son pays à disputer un match de Championnat d’Afrique des Nations (Chan). Une sélection inédite mais inimaginable quelques mois auparavant. «En raison de l’arrêt des compétitions dû au Covid-19 en mars-avril 2020, j’ai pris la résolution de retourner auprès des miens dans mon pays, le Cameroun. Quelques temps après je résilie avec Viitorul qui souhaitait modifier les termes de mon contrat à cause de cette même maladie. Du coup, j’ai dû prolonger le séjour chez moi», raconte l’international camerounais.

Zoua : «on ne dit pas non à son pays»

Entre salles de sports et séances de footing dans les rues de Yaoundé la capitale, l’ex sociétaire du Gazélec Ajaccio et du FC Bâle s’est battu pour garder la forme, jusqu’à ce que certains pays d’Europe décident de relancer les championnats. «A partir de ce moment se souvient le joueur, je commence à recevoir des coups de fil d’agents de joueurs qui me proposent des offres notamment en Turquie, en Suisse, en Roumanie et en Arabie Saoudite où on me proposait une prime de 400 000 euros».

Et alors qu’il est en réunion avec ses proches dans son domicile pour choisir la destination idéale, le téléphone sonne. «C’est le superviseur de l’équipe nationale locale monsieur Gweha Ikouam qui est un homme que je respecte beaucoup, qui m’appelle. Il me dit : Jacques, ton pays a besoin de toi pour le Chan. On a discuté et je lui ai dit que j’allais réfléchir», murmure-t-il. A l’instant, Jacques Zoua ne réalise pas encore la demande de son interlocuteur. Le lendemain, il reçoit d’autres coups de fil. «J’ai ensuite été contacté dit-il, par le staff technique et aussi certaines personnalités me demandant de sursoir à ma carrière en Europe et de rejoindre l’équipe nationale pour le Chan. C’est à ce moment que j’ai compris que c’était du séreux. Sans réfléchir, j’ai donné mon accord ; parce qu’on ne dit pas non à son pays».

Convaincre sa famille n’a pas été chose aisée. Le joueur raconte que certains proches étaient en effet contre son choix de rejeter toutes les offres venues d’Europe. «D’aucuns m’ont dit : pense à tout l’argent qui t’attend en Europe. Mon choix était fait. C’est un gros sacrifice qui en vaut la peine», se réjouit le joueur. Confiant avec l’équipe locale du Cameroun dont l’objectif est d’aller le plus loin possible dans le tournoi, Jacques Zoua préfère cependant rester lucide. «Il faut qu’on soit clair : ce n’est pas parce que je suis là que le Cameroun va automatiquement gagner le Chan. C’est sur le terrain que nous devons nous battre», a-t-il conclu.
Par Arthur Wandji

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.