Panne électrique : L’obscurité fait de la résistance à Yaoundé

Les travaux de réparation du poste sont en cours, mais aucune date pour la fin du calvaire.

0
382
Un pan du poste transformateur sinistré

Le 12 août dernier, des voix autorisées au ministère de l’Eau et de l’énergie (Mineé) situaient l’avancée des travaux de remise du poste transformateur endommagé de Mélen à 80%. « Les dernières actions aujourd’hui visent à poser un Pmr (équipement de protection) à Oyom-Abang pour alimenter le reste des clients qui n’ont pas été repris depuis ; notamment Melen, Mini-ferme, la Garde présidentielle (Mélen), Scalom », indiquait-on. Dans un communiqué de presse signé la veille, Gaston Eloundou Essomba, le Mineé, annonçait lui, que « des équipes d’experts des sociétés en charge du transport (Sonatrel) et de la production (Eneo) sont à pied d’œuvre afin d’un retour à la normale de la situation ».

Le chef du département ministériel en charge des énergies relevait les actions prescrites au sortir de la réunion de crise qu’il a convoquée à propos de l’incident : la reprise des clients précédemment alimentés par le poste victime par l’incendie, par les postes voisins, notamment ceux de Kondengui et Ngousso ; l’alimentation prioritaire des zones sensibles telles que les hôpitaux et les structures de distribution de l’eau situées dans le périmètre sinistré ; la mise en place d’un programme de rationnement du courant électrique entre les quartiers de la capitale afin d’atténuer le désagrément de certains ; la mise en œuvre d’un plan de communication en situation de crise pour informer les impactés par cet incident et l’ensemble des populations ; et la réhabilitation du poste Brgm (nom d’emprunté à la Brigade de recherches géologiques et minières, voisine du poste transformateur)de Mélen dans les plus brefs délais. Sur le terrain, « les experts Réseaux de ENEO sont à pied d’œuvre pour la mise en œuvre d’un plan d’action de remise en état du poste. Les entreprises capables ayant déjà été identifiées », apprend-on au Mineé. Et que, « à moyen terme, la reconfiguration du réseau permettra d’effectuer la rotation de la fourniture en attendant que le poste soit disponible ». Sans précisions sur la fin des travaux.

Mais quatre jours plus tard, Yaoundé attend toujours le retour à la normale. Enéo, le concessionnaire de la distribution de l’énergie électrique a rendu public un programme de rationnement de la lumière, qui prévoit une rotation de l’offre par quartiers. Du coup, le courant électrique fait le va-et-vient dans les ménages. Certains quartiers ne bénéficiant pas de services publics leur conférant la priorité, passent de nombreux jours dans le noir.
La situation perdure depuis le 7 août dernier. Cette nuit-là, un incendie s’est déclaré dans le poste transformateur de Mélen, sis à la Brigade de recherches géologiques et minières (Brgm) qui lui a donné son nom. Les images de cet incident laissent voir un poste ravagé par les flammes. Détruisant, apprend-on, tout le dispositif de fonctionnement de ce poste qui alimentait une bonne partie de la ville de Yaoundé. A ce jour, alors que l’on annonçait les travaux à 80% de leur évolution, du matériel vient juste d’être acheminé sur les lieux. Pour remplacer les 19 « cellules » endommagées.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here