Nord-ouest et Sud-Ouest : Les champs de tirs se déportent à Bamenda et Buea

Les nuits sont de plus en plus rythmées d’échanges de coups de feu dans les grandes villes.

0
367

« Toute la nuit des coups de feu ont crépité dans plusieurs quartiers de Bamenda. Au réveil, les gens ont peur de sortir ». C’est le témoignage d’une habitante de Bamenda ce matin. Au moment où, « on dit que les forces de l’ordre sont en train de rechercher les auteurs des attaques de la nuit et continuent des arrestations ciblées ». Le Sud-ouest n’est pas en paix. Depuis la nuit, des forces sécessionnistes ont pris le contrôle de la ville de Buéa. « La Route est bloquée par des individus armés au lieu-dit Mile 16 à Buéa », rapporte le journaliste Nana Paul Sabin qui annonce « des affrontements ont opposé ce matin les forces de sécurité aux activistes séparatistes dans la ville ». D’autres sources parlent d’une ville de Buéa déserte, alors que s’échappent des colonnes de fumée.

Buéa ce matin du 11 septembre 2018

Ainsi, les sécessionnistes ont décidé de porter la guérilla au centre des grandes villes, notamment les capitales régionales. Alors que le maire de la capitale du Sud-ouest a organisé le mois passé une marche contre les sécessionnistes, à laquelle ont pris part des dizaines de milliers de personnes se recrutant essentiellement parmi les habitants et les ressortissants de cette région, venus d’autres villes. La ville de Bamenda, elle, a enregistré une séance de pleurs de femmes, demandant l’arrêt des hostilités, et le retour de la paix dans cette ville commerciale.

La semaine dernière déjà, des tirs nourris ont été entendus dans la ville, notamment des quartiers périphériques de la capitale du Nord-ouest. C’était le début de la « guerre » urbaine. Depuis lors, « il est rare de passer trois jours sans entendre des coups de feu dans des quartiers de la ville », rapporte une source à Bamenda.

A lire aussi: Bamenda coupé du reste du pays

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here