Noël Désiré Tchinda : « Nous rendrons nos chantiers dans les délais,…mi-octobre »

Le directeur technique de Prime Potomac fait le point des travaux des chantiers de la Can confiés à l’entreprise américaine à Garoua et rassure sur les délais.

0
166

Peut-on espérer si Prime sera prêt à l‘arrivée des émissaires de la Caf ?

Je ne sais pas si nous sommes prêts, mais ce que je sais c’est que nous passons des nuits blanches, parce que nous mettons tout sur pied pour que cette visite soit totale.

Mais au moins, les observations faites par la Caf après la dernière visite, les avez-vous déjà corrigées ?

Vous serez surpris, mais par rapport au planning que nous avons remis à la Caf, nous sommes légèrement en avance. Ce qui nous met dans une position très confortable. Nous ne nous contentons pas de cela, mais nous nous mettons absolument prouver aux Camerounais que nous pouvons réaliser ce challenge. Et nous vous invitons le 8 (août, Ndlr) pour voir le PowerPoint que nous allons projeter pour faire la comparaison entre ce qui est réellement fait et ce qui était prévu par la Caf.

Précisément, vous évaluez l’avancée à quel niveau ?

C’est très simple ; le planning c’est juste un tableau qui vous situe sur le niveau des travaux par rapport à des dates précises. Vous allez voir que dans ce tableau, lorsque nous avons prévu que nous serons à X point de tels travaux à telle date, à ce jour nous avons dépassé ce niveau. Et donc ce qui nous intéresse maintenant, ce qui nous met dans la grosse pression actuellement, ce sont les délais contractuels qui sont très serrés ; et nous sommes tenus de respecter ces délais. C’est ça notre défi.

Et en ce moment, vous effectuez quels travaux ?

Pour les infrastructures sportives, hormis les couvertures qui sont en train d’arriver, nous avons bouclé avec les gros œuvres. Les seconds œuvres sont en train d’être amorcés. Ça n’a pas encore effectivement démarré parce qu’il y a des préalables ; on a des normes à respecter, des procédures à respecter. Pour poser un matériel de second œuvre, il faut préalablement soumettre sa fiche technique à la maîtrise d’œuvre, qu’on vérifie si ce

« ces ouvriers étaient nourris ici gratuitement, et malgré cette gratuité, ils avaient encore droit à des primes de logement, de nutrition dans leurs salaires. Et il y avait également des primes de rendement »

matériel respecte la norme, respecte le cahier de charge. Quand cette fiche technique est validée, c’est en ce moment qu’on l’achemine à la direction des opérations et de la logistique pour entrer en contact avec les fournisseurs. Nous sommes en train de boucler cette phase qui est capitale, parce que vous pouvez commander un matériel qui n’est pas réceptionné. On l’a presque bouclée, les commandes sont lancées, et d’ici quelques jours vous pouvez assister au début de la pose des carrelages dans les vestiaires.

Et dans les hôtels ?

Dans les hôtels nous avons encore de gros œuvres qui ne sont pas encore bouclés. Comme on vous a dit, pour l’Hôtel 100 chambres, nous avons encore trois planchers ; mais nous sommes passés à un système de préfabriqués qui nous permet de boucler un plancher en quinze jours. Donc logiquement, dans un mois nous serons dans les finitions des gros œuvres. Entre temps, il y a une mission qui doit aller aux Etats-Unis, en Italie, pour réceptionner sur place les équipements qui vont aller dans les hôtels. Je crois que nous sommes en train de boucler ce réglage-là. L’administration, la maîtrise d’œuvre vont effectuer ce voyage pour acheminer ce matériel au Cameroun.

Qu’est-ce qui vous a poussé à opter pour les préfabriqués ? Ce n’était pas prévu au départ, je pense…

C’est un problème de délais. Les préfabriqués nous permettent de gagner en temps.

Sur les aires de jeu, on a l’impression que rien n’est prêt ?

Pour les aires de jeu, nous sommes en train de poser la terre végétale. C’est la dernière couche qui doit réceptionner le gazon. Nous avons posé des drains, posé du sable, et heureusement pour nous, on est en saison pluvieuse et cela nous a donné le temps d’expérimenter nos drains, de voir si nos aires de jeu fonctionnent. Et c’était avec beaucoup de satisfaction totale. Maintenant nous pouvons poser la terre végétale avec beaucoup de confort ; et cette opération prendra moins d’une semaine. Et après nous attendrons le gazon.

A quand donc la livraison des travaux de Prime Potomac ? Ce sera par étapes ?

Il peut avoir de légers décalages. Comme vous avez pu le constater, il y a Raï Rey et Cotonsport qui ont pris de l’avance Poumpoumre et le Cenajes qui ont 1% de retard par rapport aux autres, c’est aussi de cette façon que les finitions vont être effectuées. Il y en a qui vont boucler avant les autres, mais ce sera un décalage de quelques jours.

Ce sera à peu près quand ?

Je préfère rester dans nos délais contractuels, à savoir mi-octobre.

Vous dites donc que la page des grèves est tournée ?

Si chaque partie respecte ses engagements, je crois que nous n’allons plus vivre cet épisode. Mais le passé est définitivement tourné. Nous regardons vers l’avenir.

Et les droits sociaux de ceux dont vous vous êtes séparés ont-ils été réglés ?

Tout à l’heure devant vous, il y a un ouvrier qui est venu pur des réclamations, j’ai pris le soin de mettre une mention pour que son dossier soit rapidement traité. Pour le problème de règlement des droits sociaux, ça se traite parfois au cas par cas. Les employés n’ont pas les mêmes problèmes. Les ressources humaines passent parfois des nuits blanches pour traiter au cas par cas les préoccupations des uns et des autres. Certains ont juste un problème de certificat de travail, d’autres ont besoin de lettres de recommandation, d’autre ont des réclamations parce qu’ils ne sont pas satisfaits du règlement. Mais je vais vous dire une chose qui va vous surprendre : ces ouvriers étaient nourris ici gratuitement, et malgré cette gratuité, ils avaient encore droit à des primes de logement, de nutrition dans leurs salaires. Et il y avait également des primes de rendement. Ce qui fait que le jeune qui travaillait dans le chantier de Prime potomac pouvait gagner deux fois son salaire. Vous pouvez vérifier dans la ville de Garoua, vous comparez le niveau du salaire par rapport aux autres entreprises, je peux vous assurer que Prime paie les salaires comme aux Etats-Unis.

Combien d’employés compte Prime Potomoac aujourd’hui ?

Je ne peux pas vous donner des chiffres exacts ; seules les ressources humaines peuvent les avoir. Ça peut tourner autour de 800 personnes. Vous savez, nous sortons d’une grève et nous sommes encore en train de boucler avec les effectifs qui ont été maintenus. Et avons désormais opté pour la mécanisation des chantiers et progressivement, nous sommes en train de recruter un personnel qualifié et technique, qui maîtrise le matériel de pointe et réduire ceux qui ne le maîtrisent pas. Donc les effectifs bougent encore.

Propos recueillis par Ludovic Ngouéka, à Garoua

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here