Nécrologie : Patrick Ekema raccroche son écharpe

Le maire de la commune de Buea a succombé à un arrêt cardiaque dimanche dernier à Douala.

0
306
Fin de parcours pour Patrick Ekema

Le Cameroun vient de perdre un de ses vaillants « soldats » de la lutte contre la partition des régions anglophones. Dimanche dernier, le maire de la commune de Buea région du Sud-Ouest est passé de vie à trépas. Victime d’un arrêt cardiaque, selon les médecins, le magistrat municipal de de Buea, meurt au moment où les séparatistes annoncent la dernière « bataille contre l’occupation francophone ».

Patrick Ekema était connu pour le rôle qu’il a joué pour contrecarrer les élans séparatistes à Buea sa ville natale. Au moment où tout le monde reculait face aux séparatistes armés, Patrick Ekema était l’un des rares soutiens du Cameroun qui osait affronter de face les groupes armés. A Buea, on le présentait comme « le dernier rempart du pouvoir de Yaoundé pour faire barrage au projet séparatiste ». On se souvient qu’au plus profond de la crise anglophone, alors que les séparatistes multipliaient les exactions contre l’autorité de l’Etat, il avait organisé une marche avec quelques centaines de ses partisans, pancartes au vent, où on pouvait lire, entre autres messages, « Non à la sécession ».

« Je suis un homme et donc je dois agir comme un homme. Un homme ne peut pas m’effrayer. Jamais, jamais de ma vie. Donc je ne sais pas ce qu’on appelle cible. Si quelqu’un me cible, je le cible donc nous nous ciblons. Comme au bureau, comme à la résidence et comme dans la vie sociale, je les attends. Je serai la toute dernière personne à quitter la ville », avait-il martelé Le 22 septembre 2017, sa résidence avait été prise d’assaut par un groupe de manifestants pro indépendantistes, ses biens avaient été saccagés puis son domicile brûlé. Depuis lors, il passait la plupart de son temps à Douala.

Par Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here