Nécrologie : Isaac Feuzeu quitte la scène…

L’homme politique est décédé ce samedi matin à Yaoundé.

0
90

Isaac Feuzeu n’est plus. Le président du Mouvement pour l’émergence et le réveil du citoyen (Merci) s’est éteint ce matin pendant qu’il pratiquait son sport matinal. Pour les témoins des derniers instants de l’homme sur la terre des hommes, la thèse d’un arrêt cardiaque est plus plausible. L’homme n’ayant pas été annoncé malade ces derniers temps. Même s’il est resté très aphone par ces temps où l’arène politique camerounaise est très agitée depuis la fin de la présidentielle 2018. Lui qui était pourtant candidat, avant de jeter l’éponge pour se rallier à Paul Biya, dans le cadre du G20, une coalition de 20 partis politiques pour le moins peu connus, engagés dans une liaison non formelle, en concurrence avec les alliés traditionnels de Paul Biya et du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Avec comme figures les plus connus, Robert Bapooh Lipot, Me Jean De Dieu Momo, Lawan Bako, Isaac Feuzeu (le seul à avoir déclaré sa candidature et déposé un dossier dans la limite du temps légal).

…sans arriver à Etoudi

Isaac Feuzeu n’a donc pas attendu une autre occasion de se lancer dans la course pour le Palais présidentiel. Peut-être parce que la première tentative fut un cuisant échec ? Au terme de l’élection de 2011, le candidat du Merci avait récolté 9 216 voix sur l’étendue du territoire, soit 0,1905%, et se classait alors 18ème sur les 23 candidats en lice. L’homme avait alors compris que le chemin qui mène à Etoudi était encore plus long qu’il ne l’imaginait. L’homme d’affaire basé à Elig Edzoa dans le 1er arrondissement de Yaoundé avait fini par se joindre au concurrent qu’il voyait plus apte à remporter la bataille pour le siège qu’il occupait déjà depuis 1982. Avec l’espoir de quelques prébendes ( ?). Même si Paul Biya réélu en 2018 n’a récompensé que Jean de Dieu Momo dans le groupe des vingt soutiens de la dernière heure, il reste que le locataire du palais d’Etoudi n’avait pas encore oublié ces autres alliés qui se sont engagés sans signer d’accords politiques. Et s’est souvenu récemment de Robert Bapooh Lipot qu’il a nommé membre du Conseil d’administration de la Société de recouvrement des créances (Scr), avant d’en faire le président. Isaac Feuzeu et les dix-huit autres restaient dans l’attente. D’aucuns espérant un strapontin à l’occasion des échéances électorales à venir, notamment les régionales.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here