Médias : Valentin Zinga ne sucera plus d’Orange

Le journaliste vient de claquer la porte de l’opérateur français de téléphonie mobile.

0
479

« En conformité avec les valeurs de liberté et de dignité qui guident ma vie au quotidien, j’ai consenti, le 21 février 2020, à refermer les parenthèses Orange Cameroun ouvertes sur mon itinéraire professionnel…» Fin d’’idylle entre Valentin Zinga et Orange Cameroun. Dans un message posté sur son mur facebook, celui qui était jusqu’ici Chef de Département de Communication institutionnelle et des Relations Publiques à Orange Cameroun, a annoncé ce 22 février 2020 qu’il ne fait plus partie des effectifs de l’opérateur français de téléphonie mobile. Levant ainsi le voile sur une information qu’il a annoncée sous forme de teasing, suscitant l’intérêt autour de ses comptes sur les réseaux sociaux. Lui qui postait déjà trois jours avant, que « Cette échéance-là n’est ni incertaine, ni lointaine ».

C’en est fait. C’est une démission qui trahit le malaise de l’ancien directeur des rédactions du groupe La Nouvelle Expression. « Je me suis exposé à une gouvernance qui tient du culte de la personnalité et de l’esprit de cour : divinités triomphantes et servilités assumées, au nom de je ne sais quel ‘’réalisme’’ ! Un tel logiciel de gestion des Hommes et pilotage des Idées, m’est apparu de facture et d’orientations coloniales. Il ne m’était plus compatible», crache-t-il. Lui que les proches trouvent généralement réservé et pondéré.

Et pourtant, l’homme semblait à son aise dans ce couloir voisin du journalisme qu’il a exercé depuis 1995 avec passion. «Pendant cinq ans, j’ai pu impulser et accompagner stratégies, initiatives et actions, à partir de mon poste… J’ai vécu avec enthousiasme, passion -et, je crois, professionnalisme- la culture de Cabinet, qui laisse toute leur place à la compétence, à la créativité », admet-il. « Je ne suis pas peu fier d’avoir fait bouger les lignes, d’avoir laissé des traces », peut même se targuer celui avait surpris le monde de la presse en quittant les rédactions pour la communication. Mieux, « je rêvais de révolution, j’ai imprimé mon empreinte à de notables évolutions », s’auto-glorifie l’homme qui, après avoir ignoré toutes les sollicitations (y compris, de grandes structures de la finance internationale), avait succombé à l’appel d’une de ses congénères, Elisabeth Medou Badang, jadis directrice générale d’Orange Cameroun. Cinq ans ont suffi à se libérer de la pression du quotidien médiatique. Mais le départ de Medou Badang a peut-être brouillé les ondes et la connexion avec le successeur de cette derrière. D’où la sortie pour le moins fracassante de l’ancien patron de la rédaction de La Nouvelle Expression. Ces cinq ans d’aventure à Orange Cameroun feront l’objet d’un livre que Valentin Zinga annonce dans les rayons de librairies très bientôt. L’ex employé d’Orange Cameroun veut y « raconter les réalités, et mettre en perspective les mythes».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here