Marché monétaire : La BEAC lance son programme de rachat des titres

L’opération qui consiste à injecter 600 milliards dans l’économie des six pays de l’Afrique centrale a démarré le 1er septembre dernier et s’achève le 21 février 2021.

0
339

La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac) comme annoncé au Comité de Politique Monétaire (CPM) au mois de juillet dernier, a lancé son programme de rachats ponctuels et ciblés, sur le marché secondaire, des titres publics émis par les Etats membres de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale notamment le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad, le 1er septembre 2020, rapporte nos confrères d’Investir au Cameroun. Ce programme, qui vise à soutenir les économies des pays de la sous-région dont l’économie a pris un sérieux coup avec la crise sanitaire liée au coronavirus, consiste pour la banque centrale à mette à la disposition des états concernés 600 milliards de francs CFA, soit 100 milliards par pays. Cette opération va s’étendre sur une période de six mois soit jusqu’en février 2021 mais avec une possibilité de prorogation de six mois en cas de nécessité et en cohérence avec les perspectives économiques de 2021.

Toutefois, la Beac précise que la maturité des titres publics concernés ne doit pas excédés 10 ans et cette procédure devrait être conforme avec le cadrage budgétaire des Etats à tel enseigne qu’en cas de déficit, un Etat peut émettre des titres pour compenser. La Beac n’est plus autorisée à financer directement les Etats et par ailleurs, les Etats doivent supporter certaines dépenses qui n’étaient pas prévues. Elle finance donc indirectement en rachetant sur le marché secondaire les titres que vont acheter les banques […] « les marges laissées par certains Etats pourraient être redistribuées à d’autres Etats ayant des besoins excédant 100 milliards de francs CFA », a rapporté l’institution. Et d’ajouter : « le refinancement sera réservé aux banques qui s’engagent à ne pas réduire le portefeuille à l’économie ».

A en croire nos confrères d’investir au Cameroun, deux mois après le démarrage du programme de rachat des titres publics par la Beac, aucun pays de la Cemac ne s’y est encore engagé. « De bonnes sources, le Cameroun, principal animateur du marché monétaire de la Cemac depuis sa création en 2011, a bien failli inaugurer ce mécanisme spécial il y a quelques jours, pour compléter à 35 milliards de FCFA l’enveloppe de 20 milliards de FCFA obtenue au terme de son émission d’Obligations du Trésor assimilables (OTA) à 10 ans de maturité, effectuée le 21 octobre 2020. Mais, apprend-on, la locomotive économique de la Cemac s’est rebiffée à la dernière minute. Le pays a préféré un abondement (réouverture des souscriptions aux mêmes conditions) annoncé pour décembre prochain, à ce nouveau mécanisme de financement…», peut-on lire sur le site investiraucameroun.com. Notons que pour bénéficier de ce programme de la Beac, apprend-on, le pays solliciteur doit au préalable émettre des OTA d’une maturité inférieure ou égale à 10 ans, avoir enregistré un taux de couverture de la demande d’au moins 50 % au terme de l’opération, n’avoir pas rejeté plus de 5% des offres reçues des Spécialistes en Valeurs du Trésor (SVT), ensuite justifier de la participation à l’opération d’au moins trois SVT.

Par Ghislaine Ngancha

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.