Malachie Manaouda : Pour des services de santé de qualité

0
623

Né le 08 août 1973, Malachie Manaouda s’apprête à 45 ans, à embrasser sa première carrière à la tête d’un ministère, celui de la Santé publique. Cadre dans les services du Premier ministre (2001 – 2003) puis attaché chargé des affaires organiques à présidence de la République de 2003 à 2010, cet administrateur civil principal formé à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam) doté par ailleurs d’un DEA en Sciences politiques et d’un PhD en Sciences Politiques option Relations internationales n’a pendant longtemps exercé des fonctions de secrétaire général aux ministères des Arts et de la Culture (d’août à septembre 212), de l’Eau et de l’Energie (de septembre 2012 à juillet 2018) et celui du Commerce (à partir du 21 juillet 2018) où il n’a passé que quelques mois avant le remaniement du 4 janvier dernier. Cette promotion arrive à un moment où, dans le domaine de la santé, le Cameroun ne peut pas se targuer d’avoir une (très) bonne image. La couverture sanitaire demeure précaire. Quand ce ne sont pas les coûts élevés de soins qui font fuir les malades, c’est l’absence de plateau technique de qualité. Au point où d’aucuns ont vite fait de baptiser les hôpitaux de « mouroirs », alors que les plus nantis notamment les membres du gouvernement et autres directeurs généraux d’entreprises étatiques ont recours à des évacuations en Europe. Malachie Manaouda doit veiller à ce que tout cela change.

Les chantiers à mettre en oeuvre dans l’urgence concerne la promotion de la santé, la prévention de la maladie et des cas, et la gouvernance institutionnelle. Pour ce qui est de la promotion de la santé, il s’agira principalement de parachever les réflexions sur le financement de la couverture santé universelle, un vrai challenge pour le nouveau ministre de la Santé publique. La lutte contre le paludisme et le VIH Sida et la tuberculose demeure également au cœur des priorités au Minsanté qui va procéder cette année, à la troisième campagne de distribution de masse des moustiquaires imprégnées à longue durée dans les dix régions du pays. Pour ce qui est de la prévention des cas, des centres médicaux d’arrondissement seront construits et mis en service. De même qu’il est aussi prévu la réhabilitation des hôpitaux régionaux de Buea, Limbe et Garoua. Malachie Manaouda devra donc faire preuve de rigueur s’il veut mener à bien ces chantiers.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here