Lutte contre le Covid-19 : Protais Ayangma appelle les assureurs à soutenir l’Etat

Dans une tribune, le président de l’assurtech invite ses confrères à plus de gestes de solidarité pour limiter la propagation du Coronavirus au Cameroun.

0
662

« En dehors du groupe SUNU qui a fait don appréciable de matériel médical à l’hôpital Laquintinie. C’est pourtant l’intérêt des assureurs de s’investir dans la lutte contre les pandémies pour non seulement montrer et démontrer leur utilité sociale mais aussi limiter leurs conséquences sur leurs exploitations. Ils ont également manqué l’occasion de dorer leur image largement écornée par des comportements jugés très souvent irrespectueux de leurs engagement pour certains d’entre eux », constate pour le déplorer le président d’Assurtech, Protais Ayangma.

L’ancien directeur général de Saham Assurance n’est pas passé par quatre chemins pour remonter les bretelles de ses confrères dans le cadre de la chaine de solidarité lancé par le président de la République pour la riposte contre le Covid-19. « L’assurance c’est d’abord la solidarité et la mutualité. Les assureurs devraient être en première ligne dans ce combat en se montrant et non en se cachant, d’autant plus qu’ils pourraient en tirer de substantiels dividendes en terme d’image et donc de plus grande adhésion à leurs produits. Sans jouer sur la peur et le malheur, ils devraient proposer des produits santé, frais d’obsèques, assistance, épargne et montrer qu’ils sont là « dans les coups durs ». Leurs populations leur en seront gré », poursuit-il. Toutefois, Protais Ayangma propose qu’à défaut d’une intervention directe (dons…) des assureurs dans la lutte contre le Covid- 19, les assureurs pourraient en collaboration avec l’Etat, revoir à la baisse la prime de l’assurance RC automobile pour les transporteurs publics de voyageurs TPV et accepter pour ceux qui le souhaitent, la mensualisation des primes sans aucune pénalité tout en réglant rapidement les sinistres pour soulager la trésorerie de leurs clients pendant cette période de vaches maigres. « Ce serait leur effort de guerre. Les banquiers ont pour leur part déjà annoncé qu’ils étaient prêts à restructurer les engagements de leurs clients », précise l’ex président de la Fédération des Sociétés d’Assurance de droit National Africaine (Fanaf).

L’assureur fait par ailleurs comprendre à ses collègues que plusieurs branches notamment l’assurance transports, de l’assurance voyage, de l’assurance santé, de l’assurance vie, de l’assurance automobile pourraient être impactées plus ou moins significativement. « La fermeture des frontières à travers le monde a eu pour effet direct la limitation des déplacements aussi bien des personnes que des marchandises […] Cependant, la limitation des déplacements notamment interurbains, de même la limitation du nombre de personnes transportées par les taxis et mototaxis, pourraient avoir un effet positif sur la sinistralité de ce secteur dont le taux se situait autour de 47,51% en 2018. On pourrait ainsi connaitre une baisse de la sinistralité. Ce qui laisse une fenêtre pour envisager une petite baisse de tarif qui d’ailleurs risque de s’imposer face à la pression des transporteurs confrontés à une forte baisse des revenus du fait des mesures barrières décidées par le gouvernement », fait savoir Protais Ayangma.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.