L’information est encore officieuse. Mais selon des sources bien informées, le chef de l’Etat devrait s’impliquer personnellement dans le processus final de recrutement du futur sélectionneur de l’équipe nationale fanion de football. Paul Biya aurait même d’ores et déjà fait son choix. Après avoir consulté ses services, le président de la République a retenu un nom : Carlos Queiroz. Le premier sportif camerounais serait en effet séduit par le profil de technicien portugais qui a d’ailleurs été sélectionné par le Comité de normalisation de la Fécafoot, lors de la confection de la shortlist des cinq derniers candidats en lice pour le poste qu’occupait Hugo Broos. Absent lors des auditions du 18 mai à Paris – parce qu’en stage avec la sélection nationale d’Iran, en vue de sa participation à la Coupe du monde en cours, Carlos Queiroz est désormais « la priorité de la présidence de la République », apprend-on.

D’après certaines indiscrétions, le chef de l’Etat a deux souhaits qu’il aimerait voir se réaliser lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui aura lieu l’année prochaine au Cameroun : voir son pays réussir sur le plan de l’organisation de cette grand-messe du football continental, et remettre le trophée de vainqueur de la compétition au capitaine des Lions Indomptables. « Or murmure une source introduite, parmi tous les profils retenus par la Fédération nationale de football, c’est Carlos Queiroz qui a semblé disposer non seulement du meilleur CV, mais aussi des meilleures qualités en tant que sélectionneur ».

Queiroz et l’Iran, c’est terminé (?)

Ancien entraineur de l’Afrique du Sud (2000-2002), de Manchester United (2002-2003), du Real Madrid (2003-2004) et du Portugal (2008-2010), Carlos Queiroz a conduit l’Iran au Mondial russe en cours. Doté d’une équipe joueuse, les plans tactiques de sélectionneur de 65 ans ont failli causer pousser son pays d’origine, le Portugal, à l’élimination. Lors de la dernière journée dans le groupe B de ce Mondial russe, Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers ont frôlé la défaite devant des Iraniens déterminés offensivement (1-1). Le contact n’aurait pas encore été établi entre le Cameroun et Carlos Queiroz. Mais l’ouverture des discussions ne sauraient tarder. Et toujours selon nos sources, le chef de l’Etat pourrait participer aux échanges entre la partie camerounaise et cet autre « sorcier blanc ». Queiroz a refusé la proposition de la Fédération iranienne de football qui lui a offert une extension de contrat de six mois. Il devrait donc être bientôt libre.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here